Des soldats se tiennent devant les portraits du fondateur de la Corée du Nord après un défilé militaire célébrant le centenaire de la naissance de Kim Il-sung à Pyongyang, le 15 avril 2012 (Crédit photo : Reuters/Bobby Yip)

En Corée du Nord, les violences sexuelles comme armes d’État

Share

Selon un rapport accablant de Human Rights Watch (HRW), les femmes en Corée du Nord sont victimes au quotidien de violences sexuelles. L’ONG, qui a recueilli plus de 50 témoignages de femmes, dénonce la prédation sexuelle des policiers et autres représentants des services de l’État.

Malgré un réchauffement diplomatique entre la Corée du Nord et les États-Unis, le régime de Pyongyang continue toujours de bafouer les droits de l’homme. Les enquêteurs de HRW ont interrogé 54 Nord-coréennes qui ont quitté le pays après 2011, l’année de l’accession au pouvoir du dictateur Kim Jong-un.

Toutes racontent les mêmes histoires d’horreur. Les femmes, mais aussi huit anciens officiels ayant fui la Corée du Nord, décrivent des relations sexuelles forcées et des violences «si courantes qu’elles sont acceptées comme faisant partie de la vie quotidienne», selon le rapport disponible en ligne. Les gardes-frontières, mais aussi des civils en position d’autorité, sont visés par ces exactions faites en toute impunité.

Interrogatoire d’une femme nord-coréenne par un enquêteur de la police secrète. Ce dessin n’est pas un portrait de personnes réellement observées, mais illustre une situation typique décrite par des femmes ayant vécu ce genre de situation (Source : Choi Seong Guk/Human Rights Watch)

De plus, d’anciennes détenues ou prisonnières ont raconté qu’elles avaient subi un mélange de violence sexuelle, de harcèlement verbal et de traitements humiliants de la part des interrogateurs, du personnel de leur lieu de détention ou des gardes de prison appartenant à la police ou à la police secrète surnommée bowiseong.

« La violence sexuelle en Corée du Nord est un secret de Polichinelle, que tout le monde tolère et que personne n’ose aborder pour y mettre fin, a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch. Les femmes nord-coréennes diraient sans doute “MeToo ” (“moi aussi”) si elles pensaient qu’il y avait le moindre espoir qu’on leur fasse justice, mais leurs voix sont étouffées par la dictature de Kim Jong-un. »

L’ONG a expliqué que parmi les facteurs contribuant à cette situation de viols institutionnalisés, figuraient les « schémas comportementaux, profondément enracinés, d’inégalité entre les genres », ainsi que le « manque d’éducation sexuelle et de compréhension des enjeux de la violence sexuelle ». Les abus de pouvoir non contrôlés, la corruption exacerbée par les changements socioéconomiques, le manque d’état de droit, la stigmatisation des victimes de violence sexuelle et le manque de services d’aide sociale et juridique sont aussi pointés du doigt.

L'ONU accuse la Corée du Nord de violation systématique des droits de l'homme contre sa propre population.

Lire aussi :

Metrolinx, l’agence de transport du grand Toronto, affirme avoir été victime d’une cyberattaque de la Corée du Nord

L’armée américaine prépare une guerre avec la Corée du Nord pendant qu’au Canada on tente de l’éviter

Corée du Nord aux Jeux olympiques : Pékin déclare le sommet de Vancouver inutile

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*