Photo : Mason Trinca/Getty Images)

Harcèlement sexuel à Silicon Valley : deux poids, deux mesures

Des employés de Google de partout dans le monde se sont arrêtés de travailler pour protester contre le comportement de leur employeur face à des inconduites sexuelles dont ont été victimes des femmes. La gestion de ces affaires de harcèlement sexuel par les entreprises de la Silicon Valley est loin d’être équitable et transparente.

Des milliers d’employés de Google, notamment à Montréal, Toronto, Londres, Dublin, Tokyo et New York, ont débrayé un certain temps et ont manifesté devant leur lieu de travail. Ils ont exprimé leur mécontentement quant au manque de transparence et de sévérité de Google dans son traitement de nombreux cas de harcèlement sexuel. Le dernier impair, qui était une sorte de détonateur pour leur prise de conscience, a été révélé par le New York Times. Il concernait un cadre haut placé de Google, Andy Rubin, le créateur d’Android.

Son départ-surprise – salué par Larry Page, cofondateur de Google, en 2014 – a été en fait un licenciement à la suite d’une plainte d’une employée de Google qui l’accusait d’avoir exercé des pressions sur elle pour avoir une relation sexuelle. Google a même accordé 90 millions de dollars en indemnité de départ bien qu’une enquête interne ait jugé crédibles les accusations de la plaignante, selon le quotidien new-yorkais.

Le PDG de Google, Sundar Picha, a confirmé le renvoi depuis 2016 de 48 de ses employés, dont 13 cadres pour des allégations de harcèlement sexuel. Aucune indemnisation de licenciement ne leur a été versée, a-t-il souligné.

. (Photo : Mason Trinca/Getty Images)

« Relation de propriété »

Ces comportements d’inconduite sexuelle ne se limitent pas à Google. Ils sont présents dans les milieux de travail des technologies de l’information qualifiées par des militants féministes de « sexistes et machistes ». Des dirigeants des compagnies vedettes de la Silicon Valley comme Uber et Sherpa Capital en sont les acteurs.

Ces dirigeants, qui sont devenus rapidement millionnaires grâce au succès de leur entreprise qui leur monte à la tête, développent une relation « d’appropriation » avec les employés qui relèvent d’eux. Le fondateur d’Android, Andy Rubin, la qualifie de « relation de propriété », selon le NYT.

Les entrepreneurs qui vendent leurs entreprises à des géants de la technologie – surtout lorsqu’ils choisissent d’y rester – et les génies en informatique négocient des clauses dans leur contrat qui leur assurent une sorte de parachute doré et des indemnités de toute sorte en cas de cessation du lien de travail.

Paradoxalement, les employés victimes de harcèlement sexuel ou de discrimination ne peuvent poursuivre en justice ni un collègue ni leur employeur en vertu d’une clause dite d’« arbitrage forcé », souvent présente dans les règlements régissant ce genre de plainte aux États-Unis.

Une des demandes des participants au mouvement de protestation #googlewalkout est de renoncer à cette clause. Microsoft l’a abandonnée en 2017.

Zoubeir Jazi

Catégories : Internet et technologies, Web et Nouvelles technologies
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*