Adopter de saines habitudes de vie peut vous sauver la vie en vous mettant à l'abri du diabète de type 2
Photo Credit: Kirsty Wigglesworth

80 % des 750 000 Québécois vivant avec le diabète de type 2 mourront d’une crise cardiaque ou d’un AVC

Share

Le mois de novembre est consacré à la sensibilisation contre le diabète et la journée mondiale contre cette maladie est célébrée le 14 novembre. Un sondage de l’organisme Mon cœur ma vie tire la sonnette d’alarme sur l’ignorance des Québécois porteurs de diabète de type 2 en ce qui a trait aux risques reliés à cette maladie. 

RCI avec Mon coeur ma vie et l'Institut de santé publique du Québec 

Risque de mourir d’une crise cardiaque ou d’un AVC

Ces deux événements sont des occasions d’information pour la population qui ignore presque tout des causes et des conséquences du diabète sur la santé.

Le sondage fait état d’un manque de connaissances « inquiétant » en ce qui a trait au lien entre le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires, notamment chez les Québécois atteints de cette forme de diabète par rapport au reste de la population canadienne.

Le diabète augmente de 2 à 5 fois le risque d’insuffisance cardiaque.

Près de 80% des 750 000 Québécois vivant avec le diabète de type 2 mourront d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

La plupart des Québécois atteints de diabète de type 2 (94 %) estiment qu’ils sont bien informés sur la gestion de leur maladie, mais près des deux tiers (63 %) ne savent pas que leur diabète augmente considérablement le risque de crise cardiaque, d’insuffisance cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

20 % des Canadiens croient à tort que l’insuffisance cardiaque fait partie du processus normal de vieillissement.

La moitié des Canadiens (56 %) ne savent pas ou ne croient pas que la maladie cardiaque est la cause de décès la plus fréquente chez les adultes atteints de diabète de type 2.

D’une façon plus générale au pays, les personnes atteintes de diabète de type 2 peuvent présenter une maladie cardiaque de 10 à 15 ans plus tôt que les personnes non diabétiques, et près d’une personne atteinte de diabète de type 2 sur deux mourra de maladie cardiaque.

Défibrilateur

Il existe un lien étroit entre le diabète de type 2 et la crise cardiaque que beaucoup de patients semblent ignorer. Photo : iStockPhoto

Paul Naud, un patient qui a su apprivoiser sa maladie

Paul Naud est l’un des patients qui ont appris à vivre avec le diabète de type 2. Grâce à une bonne information sur sa maladie, la prise en charge du personnel médical et l’adoption de saines habitudes de vie, cet athlète passionné est arrivé à combattre efficacement l’obésité, atténuant ainsi les risques reliés à sa maladie. Avec son témoignage, il encourage tous les autres malades à se prendre à main.

ÉcoutezSelon Statistiques Canada, les jeunes seraient de plus en plus en touchés par le diabète de Type 2.

Une mauvaise alimentation et la sédentarité peuvent provoquer l’obésité et le diabète de type 2. Photo : iStock

Selon un portrait de l’épidémie de l’obésité, sur une période de 40 ans, dressé par l’Institut de santé publique du Québec :

Près de 60 % de la population du Québec est en surpoids, aussi bien les adultes, les adolescents que les enfants. Le diabète de type 2 n’épargne pas ces trois catégories.

Plusieurs explications possibles : les jeunes ont plus d’activités qui les obligent à demeurer assis sur un divan (jeux électroniques, téléphones intelligents et tablettes). La qualité de l’alimentation est également à blâmer. Chez les adultes aussi, la sédentarité, l’alimentation et le mode de déplacement sont montrés du doigt. L’étalement urbain fait en sorte qu’ils ont besoin d’une voiture pour se déplacer d’un point à l’autre et qu’ils marchent moins.

Les coûts sont importants pour le Québec. L’invalidité, l’absentéisme au travail et les problèmes de santé imposent un fardeau économique de 3 milliards de dollars par année.

Par rapport au reste du Canada, l’obésité est plus faible au Québec. En Ontario en 2017, plus de 47 000 jeunes de 18 à 34 ans ont reçu un diagnostic.

La tendance mondiale est aussi à la hausse. Même dans les pays émergents, cette tendance est visible aussi bien chez les enfants que chez les adultes, à cause de la transformation du mode de vie : restauration rapide, sédentarité, etc.

Voici les recommandations de Diabète Canada aux personnes atteintes de diabète de type 2 pour réduire leur risque de maladie cardiaque
  • Viser un contrôle adéquat de la tension artérielle.
  • Maintenir des taux acceptables de cholestérol.
  • Contrôler le taux de glycémie.
    Un homme contrôle son taux de glycémie dans le sang.

    Contrôler la glycémie dans le sang pour réduire les complications du diabète. Photo : iStock

  • Maintenir un poids santé, en faisant de l’exercice physique sur une base régulière et en adoptant de saines habitudes de vie.
  • Adopter une alimentation équilibrée à base d’aliments nutritifs : mettre l’accent sur les fruits, les légumes et les fibres.
  • Arrêter de fumer et éviter la fumée secondaire autant que possible.
  • Voir à sa santé en général : dormir de 7 à 9 heures par nuit, car un manque de sommeil peut augmenter le risque de tension artérielle élevée, de maladie cardiaque et d’écart des mesures de glycémie.

.

À lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*