Les nouveaux investissements annoncés mardi, effectués dans le cadre du Programme des chaires de recherche du Canada, visent à appuyer les démarches des chercheurs en début de carrière et à accroître la diversité au sein de la communauté de recherche. (Photo : ©iStock/SolStock)

Plus de diversité et d’équité dans la recherche scientifique canadienne

Share

« La science s’enrichit au Canada lorsque la communauté de recherche reflète la diversité, l’expérience et les perspectives des Canadiens eux-mêmes. »

C’est le message porté par le ministère canadien de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique. Il a annoncé mardi des investissements importants dans le Programme des chaires de recherche du Canada (PCRC). Les nouvelles sommes visent à attirer et à retenir quelques-uns des chercheurs les plus accomplis et les plus prometteurs du Canada et du monde entier.

Un nouvel investissement de 210 millions de dollars échelonnés sur une période de cinq ans permettra d’ajouter 285 chaires de recherche scientifique au pays. Selon les informations du gouvernement du Canada, plus de 156 millions de dollars appuieront 187 chaires nouvelles et renouvelées dans 49 établissements. Pour sa part, la Fondation canadienne pour l’innovation versera 6,8 millions de dollars en nouveaux fonds à l’infrastructure de recherche, somme qui appuiera 28 chaires dans 18 établissements.
« Notre gouvernement est résolu à promouvoir l’équité et la diversité en recherche et à appuyer la prochaine génération de chefs de file en recherche. Ces chaires de recherche du Canada prestigieuses améliorent la vie des Canadiennes et des Canadiens et repoussent les limites du savoir, ce qui contribue à un avenir florissant pour le Canada. » – Kirsty Duncan, ministre des Sciences et des Sports

L’annonce de mardi fait partie d’un projet plus large instauré par les Chaires de recherche du Canada, soit le Plan d’action en matière d’équité, de diversité et d’inclusion. Mis en œuvre en mai 2017, ce plan dont les grandes lignes sont exposées ci-dessous a été créé afin de répondre à une recommandation selon laquelle la haute gestion devrait « exiger que les établissements fassent preuve d’une plus grande transparence dans l’attribution des postes de chaire » de même que dans la sélection des titulaires et le renouvellement de leur mandat.

En septembre 2018, Dominique Bérubé, présidente du Comité de gestion du PCRC, avait même envoyé une lettre ouverte aux recteurs des établissements pour faire le point sur la mise en œuvre du Plan d’action en matière d’équité, de diversité et d’inclusion et sur le financement annoncé dans le budget de 2018. 

Les chercheurs de l’Université Lethbridge, en Alberta, Ute Kothe, Maura Hanrahan et Mike Mahon ont écrit : « En plus des avantages pour la société, les universités elles-mêmes se trouvent renforcées lorsque nous favorisons des campus diversifiés, équitables et inclusifs. » (Photo : ©iStock/sanjeri)

Les nouveaux investissements annoncés mardi, effectués dans le cadre du Programme des chaires de recherche du Canada, visent à appuyer les démarches des chercheurs en début de carrière et à accroître la diversité au sein de la communauté de recherche. Le PCRC demande aux établissements d’établir des objectifs en matière d’équité pour corriger la sous-représentativité des membres des quatre groupes désignés (femmes, personnes handicapées, Autochtones et personnes de minorités visibles) au sein des titulaires de chaire.

Les établissements ont aussi le mandat d’élaborer leurs propres plans d’action en matière d’équité, de diversité et d’inclusion.

La diversité en recherche donne un avantage concurrentiel au Canada

En avril dernier, la biochimiste Ute Kothe, la spécialiste en études autochtones Maura Hanrahan et le président de l’Université Lethbridge Mike Mahon écrivaient un article d’opinion dans lequel ils affirmaient que le Canada ne peut se priver de la contribution des femmes ou encore des Autochtones dans le contexte de ce qu’ils appellent « une économie du savoir de plus en plus concurrentielle ».

« En plus des avantages pour la société, les universités elles-mêmes se trouvent renforcées lorsque nous favorisons des campus diversifiés, équitables et inclusifs. Nos universités sont en concurrence avec le reste du monde, et si nos campus sont accueillants et inclusifs, il nous sera plus facile d’attirer le talent et la créativité provenant de partout dans le monde. Nous avons la responsabilité de faire progresser l’inclusion, la diversité et l’équité au Canada. Ainsi, nous améliorons les chances de réussite de nos collectivités, de nos entreprises, de nos établissements d’enseignement et de notre société; un avantage concurrentiel que nous ne pouvons laisser passer. » - Ute Kothe, Maura Hanrahan et Mike Mahon

 Les chercheurs rappellent qu’en octobre 2017, les universités canadiennes se sont engagées à faire progresser l’équité, la diversité et l’inclusion sur les campus et dans la société en adoptant sept Principes d’excellence en matière d’inclusion. Reconnaissant l’importance de mesurer et de diffuser les progrès accomplis à cet égard, elles ont aussi approuvé un plan d’action quinquennal afin de faire le suivi de leurs progrès. Les investissements consentis à la recherche inclusive dans le budget de 2018 aideront les universités à atteindre ces objectifs.

Avec les informations de Chaires de recherche du Canada et de l'Université Lethbridge, Alberta. 
Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*