Internet peut servir autant à la prévention qu'à la facilitation du suicide

Souffrez-vous de discrimination numérique? Blâmer l’État!

Share

Dans un rapport présenté mardi aux parlementaires canadiens, le vérificateur général constate que les personnes vivant dans les régions rurales et éloignées du pays n’ont toujours pas accès à l’Internet haute vitesse parce que le gouvernement fédéral ne veut pas s’engager à financer un plan qui permettrait de réellement leur fournir ce service.

Michael Ferguson – Photo : PC-Adrian Wyld

Selon Michael Ferguson, l’absence d’un véritable plan stratégique n’a pourtant pas empêché le gouvernement canadien de faire la promesse répétée de mettre fin à la discrimination numérique et d’y engloutir à ce jour 740 millions de dollars, mais sans résultats tangibles.

Selon lui, deux programmes gouvernementaux partiels n’ont pas fourni aux soumissionnaires du secteur privé qui sollicitait un appui financier suffisamment d’informations pour proposer des plans réellement utiles.

On peut lire dans le rapport que le Canada a vraiment besoin d’une stratégie nationale sur l’Internet haute vitesse pour que les personnes vivant en dehors des villes ne soient pas laissées pour compte par l’économie numérique.

Sans cette connexion, les citoyens risquent d’avoir un accès limité « à d’importants services en ligne, comme des programmes d’éducation, des services bancaires et des services de soins de santé ».

Au Québec, 340 000 ménages n’ont toujours pas accès à un service Internet adéquat. Dès qu’on sort des centres urbains, on se rend vite compte qu’il y a une discrimination numérique.

Découvrez pourquoi, le gouvernement québécois est lui aussi à blâmer…

Photo : Istock

Souffrez-vous de discrimination numérique?

Alors que près de deux millions de ménages canadiens n’ont pas accès à l’Internet haute vitesse, alors que l’accessibilité au réseau haute vitesse reste un défi majeur dans plusieurs communautés, souvent à quelques kilomètres seulement des grands centres urbains, on estime que pour ne pas être victime de discrimination numérique il faut pouvoir bénéficier d’une connexion de 50 Mbit/s en téléchargement et 10 Mbit/s en téléversement.

Dix fois plus rapide : le Canada va-t-il aussi finir par se brancher à l’Internet 5G?

Un pictogramme à l’effigie du 5G Photo : Radio-Canada

Réunis à Vancouver, à la fin octobre, les ministres responsables de l’Innovation et du Développement économique indiquaient que la connectivité aux services haute vitesse de type 5G est d’une importance capitale pour la prospérité et le bien-être des Canadiens.

Le déploiement de réseau 5G aurait un débit environ 10 fois supérieur au 4G que l’on retrouve en ce moment au pays, principalement dans les grandes villes.

Le 5G permettrait de connecter près de 20 millions de Canadiens vivants le long du corridor Québec-Windsor, dans l’est du pays, tout comme les machines, les voitures autonomes, les objets et les infrastructures d’une ville. Il favoriserait la livraison de services médicaux à distance.

Le déploiement du 5G se ferait initialement uniquement dans ce corridor laissant encore une fois des millions de citoyens en régions rurales pour ainsi dire dans le noir.

RCI avec la contribution de Maxime Poiré, Yannick Donahue, Isabelle Damphousse, Nicolas Vigneault et Vincent Maisonneuve de Radio-Canada

En complément

Plus d’argent sera nécessaire pour Internet haute vitesse en région – Radio-Canada 

290 millions pour offrir Internet haute vitesse à 100 000 foyers en région – Radio-Canada 

Internet haute vitesse : les régions veulent utiliser le réseau d’Hydro-Québec – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*