Le drame pour les Albertains, c’est que la quantité colossale d’hydrocarbures fossiles qu'ils produisent est enclavée au cœur du continent, et donc bien loin des marchés. Photo : Radio-Canada

La pression populaire s’accroît en Alberta alors que les prix du pétrole languissent

Share

L’inquiétude, la frustration et la colère se lisaient sur les visages de centaines de manifestants à l’extérieur de l’hôtel Hyatt, au centre-ville de Calgary, jeudi, au moment où le premier ministre du Canada Justin Trudeau y prenait la parole devant la Chambre de commerce de Calgary.

Ils reprochent au dirigeant canadien un manque d’empressement ou même d’intérêt pour trouver une solution à l’exportation du pétrole albertain.

Ce pétrole est enclavé parce que trois projets de pipeline se sont trouvés tour à tour embourbés dans des disputent politiques ou environnementales.

Il n’y a pas aussi suffisamment de trains pour transporter tout le pétrole brut produit.

Il y a 175 milliards de barils de pétrole dans le sous-sol albertain, soit la 3e réserve du monde, après celle de l’Arabie saoudite et du Venezuela. En 2014, la quantité de pétrole tirée des sables bitumineux atteignait 2,2 millions de barils par jour, c’est-à-dire 25 barils à la seconde.

Des manifestants devant l’hôtel où le premier ministre Justin Trudeau prononçait un discours devant la Chambre de commerce de Calgary, jeudi dernier. (Tony Seskus/CBC)

Obligé de vendre leur pétrole canadien au rabais

Des citoyens de Calgary manifestent. (Jeff McIntosh/Canadian Press)

Comme la production dépasse la capacité des pipelines existants et du rail combinés, comme c’est le cas aujourd’hui, les producteurs sont obligés d’utiliser des méthodes de transport encore plus coûteuses ou d’attendre que la tempête passe en stockant le pétrole dans de gigantesques réservoirs provinciaux déjà remplis à ras bord, selon de récents rapports.

Pour convaincre le marché américain d’acheter du pétrole albertain, les producteurs canadiens sont forcés de vendre leur pétrole au rabais.

L’escompte est d’environ 13 $ US le baril en temps normal, mais il atteignait 40 $ US ou même 50 $ US récemment pour tenir compte du coût du transport plus cher comme le transport ferroviaire.

La chute mondiale des prix du pétrole brut inquiète de nombreux Albertains, et de nombreux citoyens se disent frustrés de constater que la question n’est pas traitée politiquement avec suffisamment d’urgences, même si les économistes mettent en garde contre un impact plus large à venir.

Voyez ce qu’on reproche à la gestion de crise de Justin Trudeau dans cette affaire…

Le premier ministre Justin Trudeau s'adresse à la Chambre de commerce de Calgary, jeudi dernier. (Jeff McIntosh/Presse canadienne)
Voyez comment la dernière porte de sortie du pétrole canadien vers les États-Unis vient d’être fermée par un juge américain...

Le tracé du projet de pipeline Keystone XL de TransCanada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel C. Auger, Mario Masson, Sandra Gagnon, Gérald Filion et Jeannita Richard de Radio-Canada

En complément

Les pétrolières de l’Alberta divisées sur leur limite de production – Radio-Canada 

Pétrole enclavé de l’Alberta – Radio-Canada 

Pétrole et gaz : miser sur les technologies pour amoindrir les coûts et les risques environnementaux – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*