Une jeune fille tient une pancarte réclamant une première université francophone en Ontario

Une élève de l'école secondaire catholique Monseigneur-de-Charbonnel lors d'une manifestation à Toronto en appui au projet d'une université francophone. Photo : Radio-Canada

Les Franco-Ontariens veulent gérer leurs services et institutions, dont l’Université de l’Ontario français

La bataille des Franco-Ontariens pour une éducation en français a été un long combat durant lequel ils sont allés jusqu’à la Cour suprême dans les années 90 pour obtenir gain de cause et mettre sur pied des commissions scolaires francophones.

Même si à la fin des années 60 il était possible de créer des écoles francophones publiques régies par des commissions scolaires anglophones, celles-ci étaient souvent refusées sous prétexte de manque d’argent.

Les mêmes arguments économiques ont été évoqués par le gouvernement conservateur de Doug Ford, la semaine dernière, pour suspendre le projet de l’Université de l’Ontario français à Toronto.

Serge Miville, professeur d’histoire à l’Université Laurentienne :

« Les Franco-Ontariens ne se sont jamais considérés comme une minorité ethnique. La semaine dernière, François Legault, le premier ministre du Québec, parlait de peuple fondateur et historiquement les Franco-Ontariens se sont présentés ainsi […] Ce que la communauté est en train de dire, c’est qu’elle souhaite obtenir la gestion intégrale et totale de ses programmes, services et institutions en français. »

Maryse Jobin a demandé à Serge Miville, titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l’Ontario français, de mettre en contexte le chemin difficile des francophones qui vivent dans la province la plus populeuse du Canada.

Écoutez
Serge Miville est spécialiste de l'histoire de l'Ontario français à l'Université Laurentienne.

Serge Miville est titulaire de la Chaire de recherche en histoire de l’Ontario français de l’Université Laurentienne à Sudbury. Photo : Radio-Canada/Bienvenu Senga

En complément

Nous ne sommes pas dupes, Madame Mulroney, opinion de Serge Miville et Stéphanie Chouinard dans le quotidien Le Devoir

Université de l’Ontario français : « trop de promesses brisées » Radio-Canada (Nord de l’Ontario)

Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.