Lutte au réchauffement climatique: le Canada parmi les pires pays de la planète (iStock)

Lutte au réchauffement climatique : le Canada parmi les pires pays de la planète

Share

Quand on pense au Canada, à ses grands espaces et à ses lacs aux eaux claires, on s’imagine parfois qu’il est à l’avant-scène des pays où la protection de l’environnement et de la lutte aux changements climatiques sont les fers de lance de notre façon de vivre.

Oh que non!

https://www.climate-chance.org/agenda/cop24/

Selon un document du Climate change performance index (trad. : index de performance de la lutte contre les changements climatiques), publié lundi en marge de la 24e Conférence de l’ONU sur le climat (COP24) en Pologne, « seulement quelques pays ont commencé à mettre en œuvre des stratégies pour limiter le réchauffement bien en deçà de 2 °C ou 1,5 °C » et que le Canada fait partie des cancres.

Si rien n’est fait, ces cibles prévues à l’Accord de Paris ne seront jamais atteintes, notamment au Canada.

Les ONG Germanwatch, Climate Action Network et le New Climate Institute affirment dans ce rapport que la faute n’est pas imputée au manque de connaissances ou d’identification du problème ni de compétences scientifiques pour y faire face, mais tout simplement d’un manque flagrant de volonté politique.

Et, dans certains cas, notamment quand vient le temps de parler des pires résultats – États-Unis et Arabie saoudite – de refus pur et simple de reconnaître l’état de fait.

En queue de peloton, l’Arabie saoudite et les États-Unis

Donc, les deux alliés contre vents et marées au Moyen-Orient obtiennent les pires résultats de l’index.

Dans le cas du royaume wahhabite, on se classe bon dernier dans toutes les sphères évaluées, des émissions de gaz à effet de serre à la politique climatique de l’État et aussi pour la faible part laissée aux énergies renouvelables. Songez que la péninsule arabique connaît plus de 300 jours de soleil par année, il est tout à fait plausible et possible de facilement capter l’énergie solaire.

Partageant la queue de peloton, les États-Unis connaissent un net recul par rapport à l’année dernière. Depuis que le président Trump a pris les rênes du pouvoir à la maison blanche, a retiré son pays de l’Accord de Paris et a promis de revitaliser le secteur du charbon, le pays de l’Oncle Sam a pris une tangente vers le bas et se retrouve carrément avant-dernier.

Cela dit, malgré les appels du président américain à démanteler l’Accord de Paris et son refus catégorique de reconnaître toute forme de modification du climat par l’activité humaine, on note une prise en main de la cause climatique chez les États et villes américaines, ce qui en soi est une note encourageante selon l’index.

https://www.climate-change-performance-index.org/

Les autres cancres

Le Canada est accompagné dans ce groupe par le Japon, la Turquie, l’Australie, la Corée du Sud et la Russie.

Le Canada est classé au 54e rang avec un score de 34,26 % qui englobe les émissions de gaz à effet de serre, la politique climatique et l’utilisation des énergies renouvelables.

Rien qu’à titre de comparaison, l’Inde, avec sa population dépassant le milliard d’individus, se classe au 11e rang avec un score de 62,93 %.

Les bons élèves : le Maroc et la Suède

Avec sa quatrième position, la Suède obtient un résultat semblable à celui de l’an dernier et un score de 76,28 %. Mais c’est la performance marocaine qu’il faut souligner ici. Le royaume a fait le choix d’investir dans les énergies renouvelables, notamment avec la centrale solaire Noor 1, située à près de 20 km de Ouarzazate. Le Maroc gagne une place, jusqu’à la 5e, avec un score de 70,48 %.

Panneaux solaires à la centrale solaire Noor 1 au Maroc Photo : AFP/Getty Images/Fadel Senna

Et les trois premiers sont :

Personne.

Les trois premières places sont laissées vides, car, notamment en ce qui a trait aux pays de l’Union européenne, il n’y a pas de chemin clairement tracé vers une limitation du réchauffement à 2 °C.

COP 24 au pays du charbon en Pologne

La Pologne dépend toujours à 80 % de son charbon pour ses besoins énergétiques (chauffage, climatisation, électricité). La ville de Katowice, au cœur du pays de la houille polonaise, reçoit jusqu’au 14 décembre la COP24, où quelque 200 pays tentent de mettre un peu plus de chair politique sur l’ossature de l’Accord de Paris.

Parle-t-on ici d’un paradoxe?

Sans doute. Cela dit, le slogan retenu par Katowice est « From black to green » (« du noir au vert »).

Reste que ce vert est plutôt vert-de-gris si l’on considère que les émissions de gaz carbonique provenant des énergies fossiles – pétrole, charbon, gaz naturel – ont connu une hausse sans précédent en 2018 si on la compare aux sept années précédentes.

En entrevue à l’AFP, Glen Peters, climatologue au centre de recherche Cicero (Oslo), a déclaré qu’il fallait remonter à 2011 et la sortie de la crise financière de 2008 pour trouver pire taux que ceux de cette année.

https://www.cicero.oslo.no/

AFP, SRC, CCPI, Cicero

Plus:

Choosing the lesser of two evils (Tread: Choisir le moindre des deux maux) ( The Strait Times, Singapour – Blog de Glen Peter)

Les dossiers de Radio Canada International sur les changements climatiques (RCI)

Climat, où en sommes-nous? (Radio-Canada)

Share
Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*