Un homme marche à côté du logo Huawei dans un centre commercial de Shanghai, en Chine. Crédit : Aly Song/Reuters

Affaire Huawei : coincé entre la Chine et les États-Unis, le Canada s’expose à des sanctions économiques

Share

Selon des experts canadiens, l’arrestation à Vancouver il y a neuf jours de Meng Wanzhou, qui est la fille du fondateur de la compagnie de télécommunication Huawei, un ancien militaire très influent auprès du gouvernement chinois, place le Canada dans une situation vulnérable sur les plans politique et économique.

Meng Wanzhou, lors de sa comparution à la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver, le vendredi 7 décembre 2018 Photo : Radio-Canada

La Chine exhorte le Canada à libérer immédiatement Meng Wanzhou qui risque d’être extradé aux États-Unis, sinon, « le Canada devra assumer la pleine responsabilité des graves conséquences causées ».

Pourtant, selon Guy Saint-Jacques, un ancien ambassadeur canadien en Chine, le Canada a les mains liées par son traité d’extradition avec les États-Unis.

Seul le ministre de la Justice canadien a le pouvoir final d’autoriser ou non l’extradition de Mme Meng.

« Si la preuve amassée par le FBI est solide, le ministre de la Justice n’aura d’autre choix que d’entériner la recommandation du juge qui va avoir étudié le cas et de décider de l’extrader », dit M. Saint-Jacques.

Aide-mémoire...
Les États-Unis accusent Meng Wanzhou d’avoir menti à plusieurs banques au sujet des liens entre Huawei et l’une de ses filiales, Skycom, ce qui aurait permis à cette société d’accéder au marché iranien, malgré les sanctions américaines.
La représentante de Huawei est passible de poursuites pour conspiration en vue de frauder de multiples institutions financières, avec une peine pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison pour chacun des chefs d’accusation.
L’arrestation de Meng Wanzhou a ébranlé les marchés mondiaux, la semaine dernière, en raison des craintes qu’elle pourrait torpiller un dégel des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Sabrina Meng Wanzhou, directrice financière et directrice générale de Huawei Photo : Huawei

Ce que le Canada doit faire dans cette affaire

Le défi du Canada est de réussir à bien faire comprendre à la Chine qu’il agit avec neutralité dans cette affaire et qu’il suit à la lettre les procédures judiciaires prévues dans ce genre de scénario.

Advenant un échec, l’économie canadienne risque de faire les frais du mécontentement de Pékin.

Écoutez le point de vue dans cette affaire de spécialistes canadiens…

La Chine a convoqué dimanche l’ambassadeur des États-Unis pour protester contre l’arrestation de la directrice financière du géant chinois Huawei et a demandé à Washington de renoncer à sa demande d’extradition. Photo: Wang Zhao Agence France-Presse

Sanctions économiques contre le Canada?

Guy Saint-Jacques, le 11 février 2013 Photo : La Presse canadienne/JASON FRANSON

Pour l’ex-ambassadeur Guy Saint-Jacques, le Canada se retrouve ainsi dans une fâcheuse position. Des sanctions de la Chine sur le Canada semblent inévitables. « C’est clair qu’il va y avoir des conséquences », dit-il, estimant que « tout ce processus peut durer passablement longtemps parce que Mme Meng a engagé un bon avocat et qu’elle va vouloir étirer les procédures le plus longtemps possible » pour éviter l’extradition.

Selon lui, le Canada se retrouve ainsi dans une fâcheuse position.

Dans ce souque-à-la-corde, il serait plus facile pour les Chinois d’obtenir la libération de Meng Wanzhou en mettant de la pression sur le Canada plutôt que sur les États-Unis, avec qui ils sont entrés dans une phase de négociation de 90 jours, car le Canada est un partenaire économique beaucoup moins important.

La Chine a ainsi convoqué l’ambassadeur du Canada samedi et exhorté la partie canadienne à libérer immédiatement Meng Wanzhou, sinon « le Canada devra assumer la pleine responsabilité des graves conséquences causées ».

LISEZ LA SUITE : Affaire Huawei : Meng Wanzhou soutient qu’elle ne risque pas de s’enfuir du Canada.

Meng Wanzhou – Reuters

RCI avec CBC News et la contribution de Michel C.Auger, Gérald Fillion, Jacques Dufresne de Radio-Canada

En complément

Directrice financière de Huawei recherchée par les États-Unis et arrêtée à Vancouver : la Chine exige des explications – RCI

Huawei : la Chine interpelle maintenant les États-Unis – Radio-Canada 

La Maison-Blanche tente de se distancier de l’arrestation d’une dirigeante de Huawei – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*