Un saumon de l'Atlantique saute hors de l’eau près d'Eastport, dans le Maine. (Crédit photo : La Presse canadienne/ Robert F. Bukaty)

Les saumons de l’Atlantique en mode survie.

Share

La Fédération du saumon atlantique (FSA) lance la sonnette d’alarme. Selon une étude dévoilée récemment, l’espèce est en déclin avec une diminution de 15 % rien que pour 2017.

Depuis 2011, il y a de moins en moins de saumons de l’Atlantique. Les experts du ministère fédéral des Pêches affirment que les populations de Terre-Neuve-et-Labrador sont une source de préoccupation. Dans un contexte alarmant où la biodiversité est en nette diminution à travers le globe, les experts s’inquiètent d’un appauvrissement rapide des ressources aquatiques.

« De manière générale, nous nous débattons pour ramener les populations de saumons sauvages de l’Atlantique à des niveaux durables. Et bien qu’il y ait quelques sources d’optimisme, les régions où la sage gestion donne de bons résultats, nous devons continuer de nous inquiéter des nombreuses menaces qui pèsent sur nos océans et rivières », a indiqué par voie de communiqué Bill Taylor, président de la FSA.

Selon le rapport produit annuellement par l’organisme, quelque 496 000 saumons auraient frayé avec succès dans les rivières continentales l’an dernier, ce qui est inférieur aux exigences de conservation dans certaines régions.

Aire de répartition de la population de saumons de l’IBF (vert clair) par rapport aux trois autres populations de saumons de l’Atlantique dans la région des Maritimes : population de l’extérieur de la baie de Fundy (orange), population des hautes terres du Sud (bleu), population de l’est du Cap-Breton (vert foncé). (Crédit photo : Ministère Pêches et Océans Canada)

La FSA demande que soient mises en place  des mesures additionnelles dans leurs eaux territoriales, y compris « minimiser ou éliminer les menaces posées par l’aquaculture en cages à filets ouverts, prévenir la récolte de saumons provenant de populations menacées ou en voie de disparition et s’assurer que toutes les pêches en rivière sont pratiquées de manière durable. »

L’île de Terre-Neuve et certaines parties du sud du Labrador sont les régions ayant connu le plus fort déclin sur 12 mois, précise le président. À ce titre, l’organisme rappelle qu’au Canada, la récolte totale par les pêcheurs sportifs (57 %) et les Premières Nations (42 %) a été estimée à 112 tonnes métriques l’an dernier, ce qui représente une baisse par rapport aux 135 tonnes récoltées en 2016.

« Cette diminution est attribuable à une décision prise par Pêches et Océans Canada de rendre obligatoire la remise à l’eau des saumons à Terre-Neuve en août dernier, de  prolonger la pêche avec remise à l’eau dans les Maritimes et de demander à certaines Premières Nations d’adopter des mesures de conservation. »

Les menaces qui touchent le saumon de l’Atlantique

Même si les impacts historiques sur l’habitat en eau douce ont pu contribuer au déclin de cette espèce et à sa situation actuelle, de plus en plus d’éléments probants donnent à penser que le rétablissement du saumon de l’IBF est principalement limité par un faible taux de survie en mer plutôt que par une incapacité à se reproduire et à survivre dans les rivières et les cours d’eau douce.

L’origine de ce faible taux de survie en mer est inconnue. Les principales menaces en mer comprennent les interactions avec des saumons d’élevage et d’écloserie, les changements chez les proies et les prédateurs ou l’abondance de ces espèces, les changements environnementaux et la pêche.

Les principales menaces en eau douce comprennent les changements des conditions environnementales, les contaminants, les obstacles au passage du poisson et les phénomènes associés à la diminution des populations (résultat du comportement anormal dû à une faible abondance ou à une consanguinité).

Quoiqu’on croie que les menaces dans l’océan sont les principales menaces visant le rétablissement du saumon de l’IBF, les menaces en eau douce pourraient également avoir une incidence.

(Source : Ministère Pêches et Océans Canada)

L'annonce d'accords interdisant la pêche commerciale du saumon sauvage dans les eaux du Groenland et des îles Féroé, est accueillie positivement.

Lire aussi :

Saumon chinook, ours blanc, frêne noir : les espèces emblématiques de la biodiversité canadienne menacées d’extinction

Le déclin du saumon Chinook nuit à la natalité des bébés épaulards

L’élevage de saumon en cage nuit à la préservation des stocks de saumon sauvage de l’Atlantique

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*