Selon l’Institut économique de Montréal, Noël coûte moins cher aujourd’hui qu’en 1984 (Photo : iStock)

Noël coûte moins cher qu’avant. Vraiment?

Share

En boutade, on dit souvent qu’il y a trois sports nationaux au Canada : le hockey sur glace, parler de politique et rager contre la météo.

Arrive en quatrième place et très près des trois autres la folie des achats de Noël et les râlements de janvier quand arrivent les états de compte des cartes de crédit.

Une vieille expression d’ici parle des « folleries » du temps des Fêtes de nos jours.

Elles sont de quel ordre, ces « folleries »?

Au Québec, la moyenne sera de quelque 458 $, alors qu’elle atteint 675 $ pour la moyenne nationale, avec des champions dans les Maritimes, 813 $, et en Ontario, 805 $.

(Source : Léger, pour le compte du Conseil canadien du commerce de détail)

Mais, qu’en est-il de cette somme quand on la compare à son revenu disponible et surtout à ce qu’il en coûtait pour un achat donné il y a plus de 30 ans?

L’Institut économique de Montréal (IEDM) s’est penché sur la question et son rapport est intéressant à plusieurs points de vue. De fait, son auteur, l’analyste en politiques publiques David Descôteaux, titre son document « Noël coûte moins cher qu’auparavant ».

Un exemple, celui du téléviseur couleur – avouons que nous sommes bombardés de publicités pour toutes les mensurations de 4K possibles, non?

Sony Trinitron 1984 (http://obsoletetellyemuseum.blogspot.com/2)

Un téléviseur de 1984 (orwellien, n’est-ce pas?) exigeait le revenu de 49 heures travaillées pour être vôtre à l’époque. En 2018, il ne vous en fallait que neuf. Sans compter que l’appareil est plat, qu’il est vraiment plus grand que son ancêtre et que la qualité d’image est incomparable avec celle générée par le vieil écran cathodique.

Téléviseur intelligent DEL HDR UHD 4K de 70 po de Sony (KD70X690E) (Sony Canada)

Un autre exemple?

Calculatrice Sharp PC-1262 de 1984

La petite calculatrice scientifique Sharp exigeait de vous une contribution de cinq heures travaillées. Le même bidule aujourd’hui n’en exige qu’un peu plus d’une (1,2).

Calculatrice scientifique Sharp d’aujourd’hui : une vingtaine de dollars (http://www.sharp-calculators.com/fr)

Technologie et productivité, les moteurs de cette tendance   

(David Descôteaux, « Noël coûte moins cher qu’auparavant », IEDM)

 

David Descôteaux (photo : IEDM)

« Si le coût en temps de travail de biens de consommation typiques a eu tendance à baisser avec le temps, c’est principalement en raison de la hausse générale de la productivité. Les investissements en capital au fil du temps par les entreprises, de même que l’innovation technologique, permettent en effet d’augmenter grandement tant la productivité des machines que celle des travailleurs, ces derniers disposant ainsi d’outils plus performants.

(Statistique Canada, cité dans le rapport de David Descôteaux de l’IEDM

Cela dit, bien que le tableau démontre ici un écart favorable au consommateur – 47 % de moins qu’en 1984 – M. Descôteaux souligne qu’« on a parfois l’impression que le salarié moyen peine à joindre les deux bouts, et c’est vrai à certains égards; le prix de l’immobilier, par exemple, peut représenter un défi dans certaines villes ».

L’IEDM est un groupe de réflexion indépendant qui s’intéresse aux politiques publiques et propose des réformes fondées sur les principes de l’économie de marché et de l’entrepreneuriat.

Plus:

Noël coûte moins cher qu’avant, dossier de David Descôteaux (IEDM)

Fêtes : les Canadiens ne réduiront pas leurs dépenses, selon un sondage (Radio-Canada)

Les dépenses d’après Noël des Canadiens seront assez élevées (Le Devoir)

Quel type de maison peut-on acheter au Canada avec 500 000 $? (Article de 2017 – Radio-Canada)

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*