Le trafic de la drogue est fortement réprime en Chine. S'il est reconnu coupable, le Canadien Robert Lloyd Schellenberg risque 15 ans de prison, la perpétuité ou la peine de mort. (Photo: REUTERS/Stringer)

Un Canadien accusé de trafic de drogue face à la justice chinoise

Share

Le Canadien Robert Lloyd Schellenberg  doit être jugé en appel samedi pour trafic de drogue au Liaoning, une province du nord-est de la Chine.  L’information a été rendue publique par un site internet contrôlé par des autorités locales. Une affaire qui intervient au moment où les relations canado-chinoises sont tendues depuis l’arrestation d’une haute dirigeante de Huawei.

La Haute Cour du peuple du Liaoning  a annoncé dans un communiqué  qu’une audience, publique, s’ouvrira 6h00 GMT (01h, heure de Montréal ) le 29 décembre devant la 6e chambre du tribunal intermédiaire de Dalian, la capitale provinciale. Il s’agit d’une deuxième audience.

Selon le site internet Runsky.com qui dépend de la radio et télévision du Liaoning qui a diffusé l’information, Lloyd Schellenberg  a déjà été jugé pour avoir introduit en contrebande une quantité énorme de drogue en Chine.

Le site internet parle d’une quantité de drogue qui «va vous faire froid dans le dos», en évoquant un poids « énorme », tout en plaisantant sur la « témérité »du Canadien. Les médias chinois rappellent que le Code pénal prévoit 15 ans de prison, la détention à perpétuité ou la peine de mort, pour contrebande, trafic, transport, ou fabrication d’au moins un kilogramme d’opium, 50 grammes d’héroïne ou méthylaniline ou autres grandes quantités de narcotiques.

En décembre 2009, la Chine a exécuté le Britannique Akmal Shaikh, surpris en train de faire passer 4 kg d’héroïne en contrebande. Une affaire qui a provoqué l’ire de la Grande-Bretagne qui avait reproché à la Chine  de n’avoir pas procédé à une évaluation de la santé mentale d’Akmal Shaikh.

Difficile de ne pas faire de lien entre ce procès et la crise que traversent les relations sino-canadiennes depuis  l’arrestation au Canada, le 1er décembre à Vancouver de Meng Wanzhou,  la directrice financière du fabricant chinois d’équipements téléphoniques Huawei. Arrestation qui a eu lieu à la demande des États-Unis, qui réclament son extradition.

Washington qui est en pleine guerre commerciale avec Pékin soupçonne Meng Wanzhou de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Elle a été libérée sous conditions par le Canada. Si elle est extradée aux États-Unis, elle ferait face à des accusations entraînant une peine maximale de 30 ans de prison pour chaque charge.

En plus de réclamer la libération sans condition de Meng Wanzhou, la Chine a arrêté deux ressortissants canadiens ce mois-ci. Michael Spavor et Michael Kovrig sont  détenus en Chine depuis le 10 décembre, accusés d’activités « menaçant la sécurité nationale » du pays. De son côté Ottawa tente d’obtenir leur libération.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré qu’elle ne comprenait pas la situation, en ce qui concerne le procès de Robert Lloyd Schellenberg.  Elle a tout de même précisé que la Chine avait à plusieurs reprises indiqué à Ottawa sa position « solennelle » concernant les relations entre les deux pays.

Même si tant le Canada que la Chine se refusent de faire officiellement de liens entre ces affaires, les ennuis des Canadiens en Chine sont largement perçus en Occident comme des mesures de rétorsion après l’interpellation de Meng Wanzhou. Les autorités chinoises ont également interpelé une enseignante canadienne pour une affaire qui ne relève pas de la sécurité d’État, et qui ne semble pas être liée à celles de Michael Spavor et Michael Kovrig.

(Avec L’AFP et Reuters)

Lire aussi

Affaire Huawei : Meng Wanzhou soutient qu’elle ne risque pas de s’enfuir du Canada

Chine : un autre Canadien arrêté sur soupçon de menace à la sécurité nationale

Arrestation au Canada de la dirigeante de Huawei : Trump ajoute son grain de sel sur notre plaie avec la Chine

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Répondre à Stefan Wels Annuler la réponse

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Un Canadien accusé de trafic de drogue face à la justice chinoise»
  1. Avatar Stefan Wels dit :

    Merci Boucoup pour la Reportage.