Un camion épand des sels de déglaçage. Photo: Radio-Canada

Les Canadiens peuvent-ils réduire leur consommation de sel de voirie?

Share

Les quantités de sel varient beaucoup d’un hiver à l’autre, certains sont plus froids, plus pluvieux ou plus neigeux. Mais une chose est certaine. Malgré tous les voeux pieux et les projets pilotes, la quantité de sel répandue sur les routes au Canada finit par coûter très cher à l’environnement. Des tonnes de sel usé aboutissement dans les fossés puis les rivières.

Un tracteur charge un camion de sel pour épandage sur les routes en hiver. Photo : Radio-Canada

Selon Environnement et Changement climatique Canada, la quantité de sel gemme utilisée sur nos routes varie de deux à près de cinq millions de tonnes chaque année.

Durant l’hiver 2016-2017, c’est 800 000 tonnes de sel qui ont été versées sur les routes du Québec par le ministère des Transports. Montréal épand en moyenne 150 000 tonnes de sel chaque hiver.

Personne ne sait combien de sel est aussi répandu par les particuliers et les entrepreneurs dans les aires privées de stationnements. Bien des entrepreneurs déposent au sol beaucoup plus de sel que nécessaire, car ils craignent de faire l’objet d’une poursuite en cour pour négligence. Il n’y a pas non plus de directives nationales pour guider leur épandage, ce qui pourrait réduire les quantités de sel utilisées.

Un trottoir sur lequel on retrouve du sel de déglaçage – Photo: Radio-Canada

Même constat en Ontario

En 2008-2009, un hiver particulièrement neigeux, la province de l’Ontario aurait étendu environ 2,2 millions de tonnes de sel sur ses routes.

Le problème du sel gemme (ou sel de voirie), c’est qu’il contient des ions chlorure qui peuvent avoir des effets négatifs sur les écosystèmes qui s’accumulent bien souvent avec le temps. L’an dernier ,la concentration de sel dans certains ruisseaux de la région de Toronto était comparable à celle de l’océan, selon des analyses effectuées par l’Office de la protection de la nature.

L’épandage de sel sur les routes représenterait le quatrième polluant qui menace les sources d’eau potable en Ontario, après les égouts municipaux, les ruissellements agricoles (sources de phosphore) et les eaux usées d’industries.

Au cours des dernières années, des produits à base de betteraves ont aussi été testés sur les routes. On a aussi tenté des expériences avec du chlorure de magnésium. Une fois humidifié avec le sel, le mélange antidérapant agirait plus rapidement. Il serait aussi plus collant et aurait tendance à demeurer plus longtemps sur la chaussée, même lorsque les véhicules roulent dessus. Les résultats se sont toutefois avérés peu concluants.

Voyez ce que révèlent les plus récents projets pilotes pour remplacer ou diminuer notre consommation de sel…

Un nouveau sel de déglaçage expérimenté dans les rues de Montréal en 2016 - Photo: Radio-Canada

Une pratique aux coûts salés

Bien qu’il existe des solutions de rechange, le sel est tout simplement moins cher. Photo : Radio-Canada

La recommandation canadienne pour la qualité de l’eau pour le chlorure dans l’eau douce est de 120 mg/L. Cependant, dans la région de Toronto et ses environs, on a mesuré des concentrations de 18 000 à 20 000 mg/L. L’eau de mer contient environ 19 250 mg/L.

Le problème ne se résorbe pas avec le retour du beau temps. Des scientifiques canadiens trouvent des quantités élevées de sel même en été, car le sol, qui a absorbé tout ce sel et l’a stocké l’hiver, le libère lentement dans les ruisseaux, les rivières et les lacs.

Cela peut avoir des effets généralisés. Les poissons disparaissent des zones où ils proliféraient autrefois. Les grenouilles, qui se reproduisent dans des mares d’eau, parfois près des routes, ont de la difficulté à se reproduire. Et il y a même la peur que les oiseaux en consomment.

PHOTO MARY ALTAFFER, ASSOCIATED PRESS

RCI avec CBC News et la contribution de Claude Bernatchez, Richard Daigle, Annie Poulin, Colin Côté-Paulette et Franco Nuovo de Radio-Canada

En complément

Réduire l’épandage de sel sur les routes – Radio-Canada 

La science du salage des routes – Radio-Canada 

Sensibiliser les déneigeurs aux dangers des sels de voirie – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, Environnement, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*