À l’établissement de soins de longue durée Orchard View, Jenny, directrice des soins, et Elsie, résidente, interagissent avec ROVER, un chariot de thérapie multisensorielle qui permet d’immerger les résidents vivant avec la démence dans un environnement apaisant et stimulant. Ce chariot mobile est transportable dans tout le foyer. Il apporte aux résidents un sentiment de calme et de contrôle en stimulant les sens : effets de lumière, couleurs, sons, vibrations, musique, odeurs et choses à toucher. (Groupe CNW/Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé)

Nouveau-Brunswick : une nouvelle approche en soins personnels améliore la santé de personnes âgées atteintes de démence

Share

Cesser en toute sécurité l’usage d’antipsychotiques

Au moins 68 foyers de soins néo-brunswickois ont subi le test de la Fondation canadienne des services de santé (FCASS).

Ce test, effectué en partenariat avec l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB) et le gouvernement provincial, porte sur un programme de soins de la démence axé sur la personne.

Ce programme s’inscrit dans le cadre du projet collaboratif Utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA) au Nouveau-Brunswick, lancé en mai 2016.

Pendant les deux phases de mise en œuvre du programme, les résidents participants ont reçu des traitements non médicamenteux pour traiter les symptômes associés à la démence. Ces soins prennent en compte leurs préférences, leur permettent de se sentir à l’aise et en sécurité, avec des thérapies et des activités récréatives utiles et agréables, comme l’exercice physique, la musicothérapie ou la zoothérapie.

Les résultats ont été positifs, la dépendance des résidents aux antipsychotiques a été réduite ou a cessé en toute sécurité. Le programme a permis de constater une nette amélioration de la qualité de vie de ces résidents qui sont plus éveillés et plus autonomes.

Voici quelques résultats de l'initiative :
84 % des participants au programme étaient atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’autres formes de démence.

62 % des résidents étaient des femmes, et 38 % des hommes.

L’âge moyen des résidents participants était de 85 ans.

34 % des résidents à qui on a prescrit des antipsychotiques sans diagnostic de psychose ont vu le recours à ces médicaments être réduit, alors qu’il a cessé pour 18 % d’entre eux.

Aucune augmentation des comportements agressifs (tels que la résistance aux soins et les agressions physiques ou verbales) n’a été constatée chez ces résidents.

« C’est avec un grand bonheur que nous célébrons le leadership du Nouveau-Brunswick dans l’amélioration des soins pour les personnes vivant avec la démence. Les résidents, leur famille, le personnel des foyers de soins et d’autres partenaires travaillent ensemble pour diffuser ces approches de soins éprouvées et ainsi promouvoir une utilisation appropriée des médicaments, déclare Jennifer Zelmer, présidente-directrice générale de la FCASS. Ces résultats montrent clairement que ces efforts améliorent les soins et la qualité de vie dans les foyers de soins de la province. »

Un aîné sur trois vit avec la démence au moment de son décès au Canada. Par ailleurs, la démence touche davantage les femmes que les hommes. (Photo : © iStock-Ocskaymark)

À noter au sujet de la démence et de l’utilisation des antipsychotiques au Canada

Plus d’un demi-million de Canadiens souffrent de démence.

25 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

Les symptômes sont entre autres : l’agitation et l’agressivité.

Les antipsychotiques sont souvent prescrits pour gérer ces symptômes, mais leur efficacité n’est pas suffisamment prouvée.

Les risques d’effets secondaires associés aux antipsychotiques sont la confusion, l’étourdissement et les accidents vasculaires cérébraux.

La tendance générale au pays est à la réduction de l’utilisation des antipsychotiques pour atténuer les symptômes de la démence, compte tenu des effets secondaires importants. En 2013-2014, environ un résident de longue durée sur trois (30 %) n’ayant pas reçu de diagnostic de psychose s’est vu prescrire des antipsychotiques. En 2017-2018, ce taux est passé à un sur cinq (21 %).

Depuis 2014, la FCASS a donné son appui à plus de 191 organismes de soins de longue durée du Canada afin de favoriser l’utilisation appropriée des antipsychotiques et d’améliorer la qualité de vie des résidents par l’intermédiaire d’un projet collaboratif pancanadien et d’importants projets provinciaux au Nouveau-Brunswick, au Québec, à Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu’à l’Île-du-Prince-Édouard.

SOURCE: Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé
Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*