Des policiers et des manifestants lors du 19 février 2019 Photo: Radio-Canada / Josée Guérin

Gilets jaunes en colère et poids lourds convergent à Ottawa pour défendre l’or noir canadien

Share

Au sein d’un convoi, des citoyens et des camionneurs venus de l’ouest du Canada manifestent, mercredi, pour une seconde journée d’affilée près du parlement. Ils sont venus porter leur message aux oreilles du premier ministre Justin Trudeau, qu’ils accusent de ne pas entendre la détresse du secteur pétrolier de l’ouest du pays.

Leur convoi qui s’étale sur quelques kilomètres et porte le nom de « United We Roll » s’était mis en branle à Red Deer, en Alberta, il y a cinq jours. Il est constitué d’un mélange hétéroclite de camions, d’autobus et de voitures qui, lundi matin, en pleine heure de pointe, a dû être escorté par les policiers.

Environ 30 policiers surveillaient le rassemblement, ainsi qu’une contre-manifestation qui avait lieu à proximité.

Les véhicules ont occupé quelques kilomètres de la rue en face du parlement. Environ 150 manifestants se sont rassemblés sur la colline parsemée de neige pour entendre les discours des organisateurs et de nombreux élus principalement du Parti conservateur. « Il est temps que le Canada ait un premier ministre qui est fier de notre secteur énergétique », a lancé le chef conservateur Andrew Scheer.

Aide-mémoire
De nombreux rassemblements et convois de camions avaient été organisés en Alberta et en Saskatchewan en décembre et en janvier dernier pour protester contre une série de mesures et de décisions qui rendent ou rendront la construction de pipelines plus difficile au pays.

Des centaines de camionneurs prennent part à un convoi à Nisku, en Alberta, le 19 décembre dernier, pour appuyer les industries pétrolière et gazière. (Trevor Wilson/CBC)

De multiples demandes

Le convoi revendique l’élimination de la taxe sur le carbone et l’abandon de deux projets de loi à l’étude aux Communes. Le premier resserrerait les évaluations environnementales de projets énergétiques, et le second interdirait le passage de pétroliers au large de la côte nord de la Colombie-Britannique.

Mark Friesen, un organisateur venu de Saskatoon, a résumé ainsi toutes ces oppositions aux politiques du gouvernement de Justin Trudeau : « On va couper la tête du serpent, pour ravoir notre pays, tout notre pays, pour que des oléoducs soient construits…», a-t-il déclaré.

Une camionnette sur laquelle on peut lire : « Trudeau doit partir », « construisez les oléoducs » ou encore « pas de taxe carbone ». Photo : Radio-Canada / Pascal Gervais

L’Alberta investit 3,7 milliards pour le transport du pétrole par train

En attendant la construction pour le moment incertaine de nouveaux pipelines, le gouvernement de l’Alberta a révélé cette semaine qu’il investissait 3,7 milliards pour acheminer le pétrole de la province vers les marchés par voie ferroviaire.

Le gouvernement indique que 4400 wagons loués transporteront jusqu’à 120 000 barils de pétrole par jour d’ici 2020. Les livraisons devraient débuter dès juillet.

La première ministre Rachel Notley a tout de même fait valoir mardi, en conférence de presse, que les oléoducs demeuraient « la meilleure solution, la plus efficace et la plus économique à long terme ».

La pression s’accroît sur l’industrie pétrolière albertaine

Le pétrole de l’Alberta est enclavé parce que trois projets de pipeline se sont trouvés tour à tour embourbés dans des disputent politiques ou environnementales.

Il n’y a pas aussi suffisamment de trains pour transporter tout le pétrole brut produit.

Il y a 175 milliards de barils de pétrole dans le sous-sol albertain, soit la 3e réserve du monde, après celle de l’Arabie saoudite et du Venezuela.

En 2014, la quantité de pétrole tirée des sables bitumineux atteignait 2,2 millions de barils par jour, c’est-à-dire 25 barils à la seconde.

Est-ce sécuritaire, des trains pour exporter son pétrole?

(Matthew Brown/AP Photo)

RCI avec La Presse canadienne et les informations de Radio-Canada

En complément

La manifestation des camionneurs propipeline est terminée, mais se pousuivra mercredi – Radio-Canada 

Selon un sondage Léger, les Québécois préféreraient de loin le « pétrole sale » albertain – RCI 

Venezuela : le pétrole canadien ne profitera pas des sanctions américaines – Radio-Canada 

Share
Catégories : Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*