À gauche, le cerveau d'une personne de 70 ans atteinte de l'alzheimer. À droite, le cerveau d'une personne de 70 ans qui ne présente aucune trace de la maladie. Photo: Université de Washington

La diminution d’un problème d’inflammation serait-elle enfin la solution à la maladie d’Alzheimer?

Share

Toute une série de récentes études réalisées à la fois au Canada et ailleurs semble confirmer l’hypothèse que l’inflammation serait la cause des problèmes de mémoire liés à la maladie d’Alzheimer et non véritablement la présence de dépôts d’amyloïdes dans le cerveau et contre lesquelles l’industrie pharmacologique à miser depuis 20 ans.

L’automne dernier, des chercheurs allemands affirmaient eux aussi que l’inflammation causée par le système immunitaire dans le cerveau favorise l’accumulation des protéines associées à la progression de la maladie d’Alzheimer.

Rappelons que l’inflammation dans le corps humain est souvent le résultat d’une réponse du système immunitaire de l’organisme qui se mobilise pour combattre une infection ou une blessure. Il s’agit d’une réponse généralement localisée, normale et de courte durée. Le danger, selon les chercheurs, résiderait dans le développement d’une inflammation chronique pendant des mois, voire des années, et dont les symptômes peuvent être des douleurs articulaires, des problèmes digestifs et de la fatigue.

Une équipe canadienne est maintenant sur la piste d’un médicament capable de diminuer l’inflammation dans le cerveau des souris et de ralentir les progrès de la maladie avant même que ses symptômes se manifestent clairement.

Ce médicament non toxique pour l’humain, le VX-765, a obtenu de très très bons résultats sur les souris de laboratoire et pourrait passer rapidement à la phase d’essais cliniques sur des humains.

Le médicament qui renverse les effets de l’inflammation

Photo : AFP

L’inflammation une nouvelle fois montrée du doigt

Cette semaine, c’est au tour de chercheurs américains de l’Université Johns Hopkins d’affirmer que les gens qui souffrent d’inflammation chronique à l’âge moyen, par exemple, risquent de présenter plus de problèmes de raisonnement et de mémoire plus tard en vieillissant.

Ces chercheurs expliquent dans le journal médical Neurology qu’ils ont suivi pendant environ 20 ans 12 336 sujets ayant un âge moyen de 57 ans. Ils ont effectué des prélèvements sanguins au début de l’étude pour vérifier la présence de quatre marqueurs de l’inflammation. Les participants ont été réévalués trois ans plus tard pour mesurer la présence d’un autre marqueur (la protéine C-réactive) et divisés en quatre groupes. Les capacités de raisonnement et de mémoire des sujets ont été testés au début de l’étude, de six à neuf ans plus tard et à la fin de l’enquête.

La protéine C-réactive est une protéine de phase aiguë synthétisée principalement par le foie, mais aussi par le tissu adipeux. Elle joue un rôle important dans les réactions inflammatoires et sert de marqueur biologique à celles-ci.

Les chercheurs ont constaté que le déclin de ces aptitudes était 8 % plus important chez les sujets qui présentaient la plus grande quantité des quatre marqueurs d’inflammation, comparativement au groupe chez qui ces marqueurs étaient les moins présents. Le déclin était plus prononcé de 12 % chez les sujets présentant le plus de protéine C-réactive, en comparaison avec le groupe qui en présentait le moins.

Le saviez-vous?
Pas moins de 564 000 Canadiens sont atteints de la maladie d’Alzheimer.
Dans 15 ans, ils seront 937 000. (Société Alzheimer du Canada)

Un médicament qui peut renverser les effets de la maladie?

Andréa LeBlanc, professeure au département de neurologie et de neurochirurgie de l’Université McGill. Photo UM

Plus près de nous, la Dre Andréa LeBlanc, professeure titulaire de la chaire James McGill de neurologie et de neurochirurgie de l’Université McGill, affirmait au mois de novembre dernier que son équipe a découvert une protéine, la caspase 6, qui contribuerait de façon significative aux lésions du cerveau et aussi à la perte de mémoire chez les gens qui ont la maladie Alzheimer, même à un stade très précoce de la maladie.

La nouvelle très encourageante c’est que son équipe a fait des tests sur des souris avec un médicament qui semble avoir complètement éliminée l’action dévastatrice de la caspase 6.

Ce médicament est le VX-765. En une seule semaine de traitement, la souris malade revenait à une mémoire parfaite, explique la Dre Leblanc, qui est reconnue mondialement pour ses travaux sur la maladie neurodégénérative.

Une autopsie du cerveau des souris a apporté d’autres bonnes nouvelles. On a pu observer que l’inflammation du cerveau était complètement disparue. En fait, le cerveau ressemblait à un cerveau normal, en matière d’inflammation. Les dépôts d’amyloïdes qui sont présents dans la maladie d’Alzheimer étaient encore là, mais ils n’avaient pas progressé.

Même si des essais ont déjà montré que le VX-765 est sécuritaire pour l’humain, il faut réaliser un essai clinique pour confirmer qu’il est efficace contre la maladie d’Alzheimer chez l’humain.

LISEZ LA SUITE : Liens soupçonnés entre les troubles du sommeil et l’alzheimer

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Sandra Demontigny, Janique Leblanc et Alain Labelle de Radio-Canada

En complément

Détecter les signes de l’alzheimer 16 ans avant les symptômes grâce à des tests sanguins – RCI 

Les cancers, l’alzheimer et le parkinson détectés des années plus tôt grâce à l’odorat – RCI 

Une compagnie basée à Toronto commence la fabrication d’un nouveau médicament pour le traitement de l’Alzheimer – RCI 

Share
Catégories : International, Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*