Obama lors de son passage à Winnipeg plus tôt cette semaine. PHOTO JOSH EDELSON, ARCHIVES AFP

Barack Obama oscille entre l’espoir et l’alarme devant des foules en adoration au Canada

Share

Dans une allocution à Vancouver, mardi soir, en conclusion de sa tournée au Canada, l’ancien président américain Barack Obama a alterné entre de terribles avertissements et l’assurance aux 3500 spectateurs que les choses allaient s’arranger dans son pays et dans le monde.

L’ancien président américain Barack Obama s’adresse à une foule au Centre des congrès de Vancouver le 5 mars 2019, dans le cadre d’un événement organisé par le Greater Vancouver Board of Trade. (Chambre de commerce du Grand Vancouver)

« Ne vous inquiétez pas trop de ce que vous entendez aux nouvelles », a déclaré l’ancien président américain mardi soir, à la fin de son discours d’une heure.

« C’est bon », a-t-il précisé, faisant rire avec un peu de nervosité son auditoire constitué surtout de politiciens locaux et de gens d’affaires.

Tout au long de sa prestation et de ses échanges avec Iain Black, le directeur général du Greater Vancouver Board of Trade (Chambre de commerce de la région du Grand Vancouver), il a maintenu la tension en s’interrogeant sur la capacité des États-Unis d’éviter la crise.

M. Obama a aussi parlé du Canada et des États-Unis qui font face à de sérieux défis, qu’il s’agisse du réchauffement de la planète ou de la nécessité de faire profiter la classe moyenne des avantages de la mondialisation. Selon lui, l’inaction de nos dirigeants a de graves conséquences.

« Si deux milliards d’Indiens et de Chinois brûlent [les gaz à effet de serre] à notre rythme, la planète sera littéralement inhabitable », a-t-il dit.

Obama n’a jamais parlé directement de Donald Trump. Mais il a déclaré au début de son discours : « Je suis fier que nous soyons partis sans scandale et j’ai longuement parlé de l’évolution du parti républicain depuis que Sarah Palin a été nommée vice-présidente du parti en 2008. »

L’ancien président Barack Obama partage un rire avec Iain Black, directeur général de la Chambre de commerce du Grand Vancouver, lors de sa présentation au Vancouver Convention Centre. (Photo : Chambre de commerce du Grand Vancouver)

En visite à Calgary, Obama appelle à agir pour le climat

Le premier président noir des États-Unis a été chaudement accueilli à Calgary. Photo : TINEPUBLIC / Greg Paupst

Plus tôt, l’ancien président des États-Unis avait livré un autre discours devant une salle comble dans la province voisine de l’Alberta, où il avait déclaré qu’un échec dans la transition vers des sources d’énergie plus propres conduirait à un désordre mondial dont la voie serait difficile à inverser. Mais il se disait optimiste à l’idée que des économies axées sur les combustibles fossiles, telles que celles de l’Alberta, puissent amorcer ce virage à temps.

L’ex-président a fait valoir que tout le monde devrait reconnaître qu’il faudra faire des compromis sur notre façon de vivre et sur la façon dont sont structurées nos économies.

Il a rappelé que depuis la révolution industrielle, les combustibles fossiles s’étaient avérés une source d’énergie abondante et peu coûteuse. Cette remarque a attiré des sifflements et des applaudissements dans la foule.

Le public a aussi applaudi lorsque M. Obama a dit que le réchauffement climatique était un fait scientifique incontestable.

Il s’est rappelé avec un mélange d’amusement et de frustration comment, en 2015, le sénateur républicain de l’Oklahoma, James Inhofe, alors président du comité de l’environnement, avait brandi une boule de neige au Sénat pour contester la science sur le climat.

« Les orignaux, maintenant, doivent faire face à des maladies transmises par les tiques, auxquelles ils ne faisaient pas face il y a 10 ou 15 ans. J’aime vraiment les orignaux. Et j’imagine que vous, en tant que Canadiens, les aimez aussi », a-t-il soutenu.

L’ex-président américain, Barack Obama, exprime ses points de vue personnels et sa vision de la politique devant le public de Winnipeg. Photo : DWAYNE LARSON

Devant plus de 10 000 personnes à Winnipeg

Le jour précédent, devant 13 500 personnes, dans la capitale du Manitoba, sans mentionner le nom de son successeur, l’ancien président américain avait déclaré qu’il n’était pas sûr que son pays ait le leadership nécessaire pour résister à des problèmes comme une récession majeure.

« Si nous avions une crise aujourd’hui, je crains que, du moins aux États-Unis, nous n’ayons pas l’habitude d’essayer de comprendre les choses d’une manière sensée et pratique », a indiqué M. Obama lundi soir.

M. Obama a passé 65 minutes, souvent avec humour, à répondre à des questions lors de cette première étape de sa tournée de conférences au Canada, nommée Une Conversation avec le président Barack Obama.

Vêtu de son costume bleu marine, sans cravate, il a été traité comme une vedette du rock. Il est apparu sur scène sous les applaudissements nourris de la salle comble au Bell MTS Place. Certains billets coûtaient jusqu’à 500 $.

LISEZ AUSSI : Le message d’espoir de Barack Obama séduit les Montréalais

De passage à Montréal, en 2017, l’ancien président américain Barack Obama avait notamment déploré le retrait de l’administration Trump de l’Accord de Paris sur le climat. Crédit photo : Paul Chiasson/La Presse canadienne

RCI avec CBC News, La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Barack Obama à Winnipeg, un discours de modération et d’espoir envers la jeunesse – Radio-Canada 

Pétrole, diversité, climat social : Barack Obama s’adresse aux Calgariens – Radio-Canada 

Barack Obama speaks to Calgarians about oil and gas, climate change – CBC 

Obama questions America’s ability to stave off crisis in otherwise cheery, laid back speech to Winnipeg crowd – CBC 

Barack Obama’s address to adoring Vancouver crowd full of hope and worry – CBC 

.

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*