Permettre l’accès aux soins de santé de qualité à travers les nouvelles technologies et un permis national d’exercice de la médecine pour les professionnels canadiens du domaine de la santé. Crédit: Istock.

 Revoir la réglementation pour faciliter les soins virtuels grâce à un permis d’exercice national de la médecine

Share

Les technologies de l’information et de la communication ouvrent de nouvelles avenues dans le domaine de la santé. Patients et médecins peuvent désormais interagir plus facilement pour résoudre à distance divers problèmes de santé. Dans le but de faciliter cette interaction, il convient de lever certaines barrières qui freinent l’utilisation de ces technologies en soins virtuels au pays. Ces barrières sont principalement réglementaires et elles feront l’objet de discussions au sein d’un groupe de travail constitué d’intervenants issus de multiples domaines.

Nécessité d’adapter les règlements au contexte des nouvelles technologies

Pour faciliter l’accès des patients aux soins de santé, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, l’idéal, selon l’Association médicale canadienne (AMC), serait de procéder à une réévaluation du cadre réglementaire partout au Canada.

C’est une étape importante qui donnera plus rapidement la possibilité aux personnels soignants et aux patients d’échanger pour résoudre rapidement un problème, sans avoir forcément à se rencontrer physiquement.

Yanick Beaulieu, cardiologue, intensiviste à Montréal Crédit : AMC

En mettant les nouvelles technologies au service des soins à distance, c’est le système de santé dans son entièreté, l’économie et la société d’une façon générale qui en tirent avantage.

Un avantage qui se mesure tant en économie d’argent que de temps, deux ressources précieuses qui peuvent être déployées ailleurs, souligne Yanick Beaulieu, cardiologue, intensiviste et créateur de la plateforme REACTS à Montréal.

Écoutez

Médecin consultant des documents en ligne. Crédit : ShitterStocks

Briser la barrière territoriale avec un permis d’exercice national

Les nouvelles technologies devraient donner la latitude aux médecins d’exercer partout au pays. La notion de patient sans frontière trouverait ainsi toute sa place, dans la mesure où, sans distinction de province ou de territoire, des soins devraient être prodigués à tous ceux qui sont dans le besoin, surtout lorsqu’il est question de problèmes mineurs de santé qui ne nécessitent pas le déplacement des patients vers les centres de soins.

La tâche consistera aussi pour le groupe de travail de réfléchir sur moyens susceptibles de favoriser l’accès des médecins au permis d’exercice national au Canada.

Il devra formuler des recommandations à ce sujet d’ici à 2020, et proposer les meilleurs moyens de favoriser la circulation de l’information entre médecins et patients, grâce à la technologie. Une intervention mieux ciblée et efficace doit nécessairement passer par l’obtention rapide de l’information sur la santé, que ce soit l’accès aux dossiers médicaux électroniques ou l’ouverture de portails patients, etc.

Il convient donc de procéder à des réformes administratives déterminantes pour la modernisation du système de santé partout au pays.

Le groupe de travail multidisciplinaire est constitué d’intervenants issus du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, du Collège des médecins de famille du Canada, de l’Association médicale canadienne, d’organismes réglementaires et de l’industrie de la cybersanté, entre autres.

« Les soins virtuels offrent toutes sortes de nouvelles possibilités pour la prestation des soins de santé au Canada. Le groupe d’étude sur les soins virtuels est un premier pas important pour découvrir comment nous pouvons utiliser les soins virtuels pour améliorer l’accès aux soins et étendre cette nouvelle approche à l’ensemble du pays », a conclu Gigi Osler, la présidente de l’AMC
RCI avec l'Association médicale canadienne

Lire aussi :

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*