Le crucifix au Salon bleu de l'Assemblée nationale du Québec - Radio-Canada/Bernard Huard

Le crucifix au Salon bleu de l'Assemblée nationale du Québec - Radio-Canada/Bernard Huard

Le projet de loi sur les signes religieux et la laïcité au Québec prisonnier du crucifix au parlement?

Share

Le dépôt dans les prochains jours du projet de loi du gouvernement Legault sur la laïcité et les signes religieux risque d’ouvrir des débats houleux autour du retrait du crucifix à l’Assemblée nationale.

Une question qui cristallise les attentions

Ce n’est pas la première fois que la question du retrait du crucifix du parlement au Québec se pose.

Si le sujet a toujours divisé la classe politique et la population, c’est parce que l’histoire du Québec s’enracine dans une tradition religieuse chrétienne et catholique, où les signes religieux ont occupé une place prépondérante pendant plus de 400 ans.

Le rapport Bouchard-Taylor avait recommandé en son temps « une laïcité ouverte » dans la province. La religion catholique et certains de ses instruments ostentatoires d’expression et de manifestation y avaient déjà tendance à être relégués au second plan, ou tout simplement bannis, par une frange importante de la population.

L’ouverture du Canada à l’immigration internationale, et son corollaire de nouvelles religions et de nouveaux signes religieux visibles, a plusieurs fois rouvert le chapitre sur la place des signes religieux dans l’espace public, incitant la société et les gouvernements à se pencher à nouveau sur le compromis Bouchard-Taylor en faveur de l’indiction des signes religieux chez les personnes en position de coercition.

Cela a été un objet de préoccupation récurrente et même un enjeu électoral pour le Parti québécois, qui n’a pas réussi le pari de fédérer toutes les opinions autour du principe d’une interdiction de ces signes dans l’espace public.

L’idée d’interdire au personnel de l’État en position d’autorité le port de la kippa, du hijab, du niqab et de bien d’autres symboles en lien avec la religion, qui a refait surface avec l’arrivée des caquistes au pouvoir, est loin de faire l’unanimité dans la classe politique et continue de diviser la population.

À la veille du dépôt de son projet de loi, la question autour de la pertinence ou non du crucifix à l’Assemblée nationale vient une fois de plus cristalliser les attentions sur la question. Elle semble diviser au sein même de la Coalition avenir Québec.

Si le ministre de l’Immigration Simon Jolin Barrette semble déterminé à le maintenir, à titre « d’objet patrimonial » faisant partie intégrante de l’histoire du Québec, le premier ministre, jusque-là acquis à cette idée, montre quelques signes d’hésitation. M. Legault veut s’en remettre à une décision concertée en caucus.

Le crucifix dans la salle du Conseil de la ville de Montréal depuis 1937 permettait aux élus de prêter serment devant Dieu. Il sera enlevé. Crédit : Radio-Canada

La Ville de Montréal a une longueur d’onde d’avance

Sur ce même chapitre, la Ville de Montréal a tranché. Dans un contexte de laïcité, bien que le crucifix ait une signification particulière dans l’histoire et la tradition au Québec, il n’a plus sa raison d’être dans la salle du conseil de l’hôtel de ville.

Loin d’être jeté aux poubelles, l’objet, qui continue d’être perçu par plusieurs comme l’une des dernières manifestations visibles de la chrétienté du Québec, sera mis en valeur d’une autre façon.

La mairesse Valérie Plante et son équipe soulignent que le crucifix figurera bientôt dans une collection muséale à être présentée aux touristes et autres visiteurs curieux d’en apprendre davantage sur l’histoire de la province.

Le premier ministre du Québec, François Legault, serrant la main d’une personne portant un voile religieux. Crédit : Radio-Canada

Vers une loi à plusieurs vitesses au Québec?

Lors de la campagne électorale ayant porté au pouvoir la Coalition avenir Québec, le programme politique du chef François Legault était radicalement tourné vers l’éradication des signes religieux, notamment en ce qui concerne les groupes mentionnés plus haut, tout en conservant le crucifix au parlement.

Alors que son projet de loi sur la laïcité est en préparation, le premier ministre démontre une volonté d’ouverture, en invitant « tout le monde » à « faire preuve de compromis ».

À l’analyse, cela signifierait-il donner une permission à certaines personnes susceptibles d’être difficilement affectées par l’application de la loi? Celle-ci pourrait se traduire en termes de congédiements, de pertes d’emploi et d’érosion de la main-d’œuvre dans une province déjà menacée de pénurie, si les objectifs initiaux de la CAQ sont maintenus. Dans le cas contraire, les personnes concernées pourraient bénéficier d’une clause dérogatoire leur permettant de conserver certains de leurs atouts religieux.

Certains voient aussi dans les propos actuels de M. Legault une ouverture, compte tenu de la laïcité de l’État, à l’idée d’un retrait possible du crucifix de l’Assemblée nationale, pour ne pas donner l’impression de faire des exceptions avec les symboles des uns au détriment de ceux des autres, au motif de l’appartenance ethnique et religieuse.

RCI avec Radio-Canada

Lire aussi :

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Le projet de loi sur les signes religieux et la laïcité au Québec prisonnier du crucifix au parlement?
  1. Avatar Denis Beaulé dit :

    Il y a deux rationnels possibles à propos du crucifix. Et ils sont valables autant l’un que l’autre. Ce n’est donc pas pour rien qu’il s’avère si ardu de trancher à cet égard. LA Question n’est pas celle de l’Histoire ou du Patrimoine ou encore d’une longue culture, d’un héritage en quelque sorte. La question a trait au personnage même – Jésus. Vs le «reste».

    Jésus sans Christ ou Christ sans christianisme. Voilà ce qu’il faudrait. Conserver…*

    La figure, la personne même de Jésus, en effet, en sont de grandes. Très. Philosophiquement. Éthiquement. Historiquement même en un sens. Ce qui «brouille» la sauce ou la chose, c’est ce qui s’y est greffé par la suite. Au fil des ans, des décennies, des siècles et des… millénaires.

    * Voilà qui s’avère assez crève-coeur, merci, d’avoir à se départir ainsi de qqn ayant tant fait, lui le premier, pour le mieux-être de l’humanité, i.e. pour l’égalité — (à commencer par celle des femmes) — et la liberté, qui sont toutes deux au coeur de ce qui est le plus recherché dans nos démocraties; et ce parce que s’y rattachent d’autre part des dogmes ainsi qu’une multitude de platitudes inhérentes à d’antiques pratiques ou croyances, restées vivaces après son départ, quoique ne correspondant aucunement à ce que lui avait dit, fait, enseigné ou prescrit.

    Non moins dommage non plus que ce qui ait le plus cours aujourd’hui, chez nous, en rapport avec ce si Grand homme (du passé demeuré et demeurant présent), et qui a fait (faire) tant de bien, ce soit des sacres et des jurons à son «effigie». Pas «fort». Vraiment pas.

  2. Avatar Denis Beaulé dit :

    Vendredi Saint et l’après-saison de hockey période d’échanges approchent et il y paraît.

    Le PM s’apprêterait à vendre ou à échanger, si vous préférez, le crucifix pour des voiles.

    S’agissait d’y penser, n’est-ce pas? Au Christ même ça ne devrait pas faire grand chose
    habitué qu’il a été dans une autre vie d’être vendu pour des peanuts ou troqué pour qqn
    d’autre.

    L’intrigant par ailleurs c’est de constater à quel point il semble urger d’aller de l’avant ou
    de l’arrière. Comme si on voulait enterrer une action vile voire honteuse au plus vite afin
    que ‘le monde’ ait le temps de l’oublier d’ici trois ans et demi.

  3. Avatar Charbel Khoury dit :

    Inacceptable ! C’est l’histoire du Québec dans ce Crucifix. Le retirer serait une erreur fatale.