La Chine estime le canola du Canada est contaminé de parasites et ne devrait plus être écoulé sur son sol. Crédit: Shutterstock

La Chine toujours hostile au canola canadien : les exportations d’une 2e société de production bannies

Share

Les relations commerciales entre le Canada et la Chine sont loin d’être au beau fixe. Pékin multiplie les annonces hostiles aux exportations canadiennes de canola. Une deuxième compagnie productrice, Viterra, vient de voir ses exportations interdites sur le sol chinois. Cela représente un écueil supplémentaire dans le ciel des relations entre le Canada et la Chine obscurci depuis l’arrestation de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécommunications, Huawei.

Des parasites dans les cargaisons?

Au motif que les stocks de canola de la compagnie Viterra sont contaminés de parasites, la Chine a pris la décision de les bannir.

Un geste qui s’est traduit par la révocation du permis d’exportation de la compagnie, dont le siège est à Sainte-Agathe, au Manitoba.

Cette décision intervient dans un contexte marqué par quelques dissensions sur le plan diplomatique entre le Canada et la Chine, depuis que la fille du patron de la compagnie Huawei, Meng Wanzhou, a été interpelée et détenue sur le sol canadien, avant d’être remise en liberté provisoire, en attendant l’aboutissement de la demande d’extradition formulée par les États-Unis.

Les responsables fédéraux ont remis en question la décision de la Chine qui semble déterminée à s’en prendre sévèrement à une industrie qui pèse d’un poids important dans l’économie canadienne.

40 % des exportations canadiennes de canola se font en Chine, pour un total financier de 2 milliards 700 millions de dollars par an.

Une usine dans un champ de canola.

Une usine de Viterra Inc. à Sainte-Agathe au Manitoba. Photo: Site web de l’entreprise Viterra

Mauvais canola ou désir de vengeance?

Depuis le déclenchement de l’affaire Meng Wanzhou, l’antipathie de la Chine vis-à-vis du Canada semble prendre des proportions inquiétantes.

Après les arrestations de ressortissants canadiens en sol chinois, pour des raisons qui restent difficiles à élucider, Pékin s’en prend à présent au Canola, en décidant de bannir toutes ses graines jugées subitement de piètre qualité.

Cette décision a frappé de plein fouet Richardson international, l’un des plus importants fournisseurs au pays, basé à Bécancour, en Mauricie, avant de s’abattre sur Viterra Inc.

Bien d’autres compagnies canadiennes de la filière, à l’instar de Louis Dreyfus, Cargill Ltd et Parrish & Heimbecker Ltd semblent également dans le viseur de Pékin, car elles ont vu, ces derniers temps, leurs exportations en Chine réduites à la portion congrue.

Ottawa relève que la décision des autorités chinoises est sans fondement. C’est pourquoi il serait nécessaire de débattre du problème face à face,  pour lever toute équivoque sur ce produit qui fait la fierté du Canada à l’échelle du monde.

« Il y a un intérêt d’envoyer une délégation en Chine, pour leur faire part de la qualité du travail remarquable d’inspection qui est fait pour s’assurer de l’innocuité des produits canadiens qui y sont exportés […] La décision chinoise est importante et nous savons que notre canola est de très haut niveau […] Nous allons continuer de travailler main dans la main avec les représentants de la filière au Canada et avec nos partenaires chinois pour trouver une solution rapide à ce problème », a affirmé le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

RCI avec CBC et Radio-Canada

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*