Les employeurs du Québec sont à la recherche de 8000 travailleurs. Photo : Radio-Canada

Salon de l’emploi de Montréal : plus de 200 entreprises à la recherche de 8000 travailleurs

Share

Dans le contexte de pénurie généralisée de main-d’œuvre partout au Québec, 225 entreprises participeront au Salon de l’emploi et de la formation, à Montréal, les 10 et 11 avril, pour pourvoir près de 8000 postes.

Résoudre un problème majeur : la pénurie de main-d’œuvre

Éric Boutié, président de L’Événement carrière, organisateur du salon de l’emploi de Montréal. Crédit : S. Falardeau

Ce salon se tient à l’initiative de l’Événement carrière, dont le promoteur Éric Boutié en décline les grandes lignes. C’est le rendez-vous des employeurs de divers horizons avec la main-d’œuvre qui leur fait si durement défaut ces derniers temps.

L’objectif est d’arriver à éplucher plus de 8000 curriculums vitae, en deux jours d’activités, au palais des Congrès. L’événement s’annonce riche en échanges.

En plus des employeurs, il y aura des formateurs, des conférenciers et des organismes accompagnateurs.

Chaque groupe aura un rôle important à jouer afin que l’événement se déroule de manière harmonieuse. Les formateurs vont mettre gracieusement leur expertise au service des chercheurs d’emploi, en les outillant par exemple dans la conception et la présentation de leurs curriculums vitae. Ils leur donneront également des éléments pour leur permettre de mieux répondre aux questions d’entrevue avec les employeurs.

Les conférenciers vont aborder différents problèmes en lien avec l’immigration, l’emploi et les compétences recherchées sur le marché.

Des organismes accompagnateurs s’affaireront auprès des nouveaux arrivants afin de mettre à leur disposition toutes les informations nécessaires à leur meilleure orientation vers des employeurs susceptibles de mieux répondre à leurs attentes.

Il s’agit d’un événement fédérateur pendant lequel la Fédération des chambres de commerce du Québec mettra en valeur les perspectives d’emploi des entreprises membres, principalement dans huit régions administratives de la province.

Écoutez
Des hommes transportent du matériel sur un chantier

La construction fait partie des secteurs les plus en demande au Québec comme ailleurs au Canada. Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Une interface de communication employeur-travailleur

Dans le but de faciliter les interactions entre les principaux interlocuteurs, une application est téléchargeable avant l’événement.

Grâce à cette application, les chercheurs d’emploi peuvent avoir toutes les informations utiles sur le salon et sur les horaires des événements au programme. Ils peuvent aussi mettre en ligne leurs curriculums vitae et interagir avec les employeurs de leurs choix.

En retour, les employeurs auront un accès plus direct aux profils, ce qui facilitera l’arrimage aux emplois à pourvoir.

Comme l’a observé Éric Boutié, le salon de l’emploi a dévoilé cette année des attentes en main-d’œuvre plus élevées que l’année dernière.

Les 8000 postes à pourvoir partout dans la province viennent en quelque sorte corroborer le problème de la pénurie qui s’accentue au fil des ans, avec le vieillissement de la population. En 2018, les besoins en main-d’œuvre des entreprises présentes au salon étaient chiffrés à 3000.

La pénurie concerne presque tous les secteurs d’activité : agriculture, santé, éducation, fonction publique, services, vente, construction, hôtellerie, etc.

Lire aussi :

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*