Des infirmières dans une unité de soins d'un hôpital. Photo : Radio-Canada

Les infirmières du Québec disent non à une charge de travail excessive

On ne le dira jamais assez, la pénurie de la main-d’œuvre frappe durement le secteur de la santé. Cela force certaines structures à se tourner vers l’international pour le recrutement. Dans une telle situation, les infirmières, comme bien d’autres intervenants du secteur, comme les préposés aux bénéficiaires, sont en proie à une charge de travail trop importante.

Dénoncer : une question de survie 

Les infirmières font part de leur désarroi pour ce qu’elles considèrent comme un abus du système de santé.

Déjà débordées de travail durant leurs heures normales, les infirmières sont forcées d’effectuer des heures supplémentaires sur une base continuelle, ce qu’elles dénoncent énergiquement, car leur santé en dépend, tout comme la stabilité et l’harmonie au sein de leurs familles.

En plus de se mobiliser pour descendre dans la rue lundi afin de se faire entendre, les infirmières comptent se plaindre au Conseil du travail. En portant ainsi leur cause au tribunal provincial du travail, l’intention est d’amener les hauts responsables à prendre des mesures efficaces pour résoudre le problème de la surcharge de travail dans le secteur de la santé.

Cette surcharge est directement reliée à la pénurie de la main-d’oeuvre. Cette pénurie est d’autant plus importante qu’elle touche toutes les provinces du pays, avec une possibilité de s’inscrire durablement, comme indiqué sur ce graphique de Statistique Canada.

Ce graphique démontre, d’après les experts de Statistique Canada que, selon le niveau de compétence et en fonction des professions, les postes de cadres et de professionnels sont plus susceptibles d’être vacants à long terme. Dans le domaine de la santé, plus de 1 poste sur 5, soit 22 %, est susceptible d’être vacant à long terme. Plus les exigences sont élevées en ce qui a trait à l’éducation et à l’expérience professionnelle, plus il est difficile de pourvoir les postes vacants.

Source : Statistique Canada : Postes vacants à long terme au Canada. Graphique publié le 20 février 2018

Les regroupements du domaine de la santé appelés en concertation

Les doléances des infirmières sont au centre d’une concertation au tribunal administratif.

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) ainsi que le Comité patronal de négociation en santé y sont conviés.

Parmi les questions d’intérêt, il y a la planification à l’avance des heures supplémentaires. Une telle façon de procéder semble être la règle, ce qui contraint les infirmières à en subir les contrecoups.

En principe, les heures supplémentaires ne doivent intervenir qu’en cas de stricte nécessité, plutôt que de s’imposer comme une obligation.

Il est urgent d’établir des règles claires, qui tiennent compte des normes du travail, mais aussi des intérêts de différentes parties, car lorsque les infirmières sont ainsi débordées et démotivées, c’est le système de santé en général et les patients qui en pâtissent.

RCI avec Radio-Canada et Statistique Canada

En complément:

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*