Photo : La Presse Canadienne

Aide juridique Ontario se fait dire de ne plus utiliser d’argent pour défendre les réfugiés ou des immigrants

Share

Le financement de l’aide juridique a été réduit de près de 30 % dans le budget de l’Ontario présenté jeudi par le gouvernement conservateur provincial de Doug Ford. Et les réfugiés et nouveaux arrivants dans cette province vont en faire les frais.

Alors que le gouvernement provincial retire 133 millions de dollars, il déclare que l’organisme d’aide juridique ne peut plus utiliser les fonds provinciaux pour traiter les cas de réfugiés et d’immigration.

Dans son budget, le gouvernement déclare qu’il prévoit économiser au total 164 millions en rationalisant la prestation de l’aide juridique d’ici l’exercice financier 2020-2021.

Le gouvernement insiste sur le fait que si l’organisation se réforme, elle pourra aider plus de gens avec moins de fonds.

L'aide juridique, c'est pour qui?
Les provinces canadiennes fixent le seuil de revenu auquel une personne est admissible à l’aide juridique. En Ontario, une personne seule gagnant moins de 17 731 $ par année est admissible à cette aide.

Servir les Ontariens d’abord

Rappelons que le gouvernement de Doug Ford avait récemment exigé d’Ottawa qu’il couvre la totalité des coûts de l’aide juridique apportée aux réfugiés et aux immigrants, soutenant qu’il devait fournir 45 millions de dollars à Aide juridique Ontario pour couvrir ses coûts spécifiques.

Jesse Robichaud, porte-parole du procureur général de l’Ontario, Caroline Mulroney, précise à CBC News que l’aide juridique aux demandeurs d’asile devrait être traitée par le gouvernement fédéral.

« L’Ontario a demandé au gouvernement fédéral de financer entièrement les services d’aide juridique en matière d’immigration et de protection des réfugiés pour les causes devant les tribunaux fédéraux et à la Cour fédérale. »

Le ministre des Finances de l’Ontario Chris Selley (à droite) dépose le premier budget de son gouvernement aux côtés du premier ministre conservateur Doug Ford (à gauche). Photo : CP

Un dur coup pour Aide juridique Ontario

David Field, président-directeur général d’Aide juridique Ontario

David Field, président-directeur général d’Aide juridique Ontario, affirme que la réduction du budget du tiers est un coup dur et que les compressions nécessiteront un examen approfondi de l’ensemble de ses services.

Il indique que cette ponction budgétaire arrive à un mauvais moment. « Au cours des trois ou quatre dernières années, nous avons constaté une augmentation marquée du nombre de revendications du statut de réfugié que nous avons dû traiter. Ainsi, le fait que la province dit maintenant que seul le gouvernement fédéral va fournir ces services représente un défi pour nous », a-t-il dit.

Il affirme que si un plus grand nombre de personnes non représentées par un avocat se retrouvent seules dans le système judiciaire, cela ralentira pour tous l’administration de la justice.

LISEZ AUSSI : Le prix de plus en plus élevé de la justice bon marché au Canada

Crédit photo : Daniel Beauparlant/Radio-Canada

RCI avec les informations de Ryan Tumilty de CBC News

En complément

Québec: l’aide juridique sera plus accessible dès le 1er janvier 2016 – RCI 

« Bras droit », une offre de conseils juridiques illimités pour des PME – RCI 

Professions juridiques au Canada : briser le mur de la race et de l’ethnie – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*