Le progressiste-conservateur Dennis King va former un gouvernement minoritaire à l'Île-du-Prince-Édouard. THE CANADIAN PRESS/Andrew Vaughan

Île-du-Prince-Édouard : les libéraux cèdent le pouvoir aux conservateurs

Share

Le Parti progressiste-conservateur a remporté une courte victoire aux élections législatives mardi, à l’Île-du-Prince-Édouard, avec 12 élus. Les verts, que les sondages donnaient vainqueurs, se sont classés deuxièmes avec huit, et les libéraux qui étaient au pouvoir ont terminé avec six.

Avec ses 5660 kilomètres carrés et ses 142 907 habitants, elle est à la fois la plus petite des provinces du Canada en superficie et de loin la moins populeuse.  Sur le plan politique, la province a toujours été considérée comme un « château fort » libéral. Pendant 26 ans, ses représentants à Ottawa ont été des libéraux jusqu’à l’élection de la conservatrice Gail Shea en 2008.

Au niveau provincial, les Prince-Édouardiens détiennent les taux de participation électorale les plus élevés de toute l’Amérique du Nord. Et le mode de campagne privilégié est le porte-à-porte plutôt que la publicité télévisée. La raison? Tout le monde ou presque se connaît. Ils aiment aussi se doter de gouvernements majoritaires. En revanche, ils n’offrent jamais plus de trois mandats consécutifs au même parti.

Tradition à moitié respectée

Les Prince-Édouardiens ont donc été fidèles à la tradition en refusant un quatrième mandat aux libéraux. Depuis les années 1960, libéraux et conservateurs se sont succédé au pouvoir après un maximum de trois mandats de suite. Mais ils ont dérogé à la tradition mardi en élisant pour la première fois dans l’histoire moderne de l’île un gouvernement minoritaire. Le gouvernement de coalition le plus récent date des années 1870.

Peter Bevan-Baker, le chef du Parti vert, sera le premier chef d’opposition appartenant à une formation écologique au Canada. La Presse canadienne/Andrew Vaughan

Le premier ministre désigné, Dennis King, dont le Parti progressiste-conservateur n’a pas pu décrocher les 14 sièges nécessaires pour former un gouvernement majoritaire, doit trouver un moyen de créer des consensus pour gouverner. En campagne, M. King avait déjà promis une approche plus collaborative en cas de victoire. Il est désormais obligé de tenir cette promesse.

Autre nouveauté et pas des moindres, le Parti vert, dirigé par Peter Bevan-Baker, va former la première opposition officielle pour les verts au Canada. Donné favori dans les sondages, le Parti vert n’a pas réussi son pari de devenir la première formation verte à diriger une province canadienne.

« Mon cœur est plein, mais il est brisé », a déclaré M. Bevan-Baker à ses partisans après l’annonce des résultats. Son discours poignant a rendu hommage à son candidat Josh Underhay, mort tragiquement vendredi dernier dans un accident de canoë avec son jeune fils.

Le premier ministre Justin Trudeau (à droite) perd un bon allié en la personne de Wade MacLauchlan, qui a perdu les élections provinciales de mardi. La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Un vent conservateur sur le Canada

Le Parti libéral, arrivé troisième, était au pouvoir depuis 2007. Son chef, le premier ministre sortant Wade MacLauchlan, qui briguait un quatrième mandat consécutif, a lui-même été battu. « Ce sont des choses qui arrivent en politique, a-t-il déclaré aux journalistes présents. Le vent a tourné. »

Pour la droite canadienne, c’est un gain de plus à l’échelle nationale. Après l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, l’Alberta et dans une certaine mesure le Québec, c’est une formation de droite qui remporte un scrutin provincial. De quoi donner des ailes, au plan national, au Parti conservateur d’Andrew Scheer, qui espère ravir le pouvoir aux libéraux de Justin Trudeau  dans six mois.

(Avec l’AFP, CBC et la PC)

Lire aussi

Élections dans une ambiance de deuil à l’Île-du-Prince-Édouard

Pont de la Confédération, depuis 20 ans l’Île-du-Prince-Édouard en profite grandement

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*