Marie-Andrée Leclerc lors d'une entrevue à la télévision de Radio-Canada, en septembre 1983. Photo : Archives de Radio-Canada

Emprisonnée en Asie, la Québécoise Marie-Andrée Leclerc était-elle une victime ou une tueuse en série?

Share

Plus de 40 ans se sont écoulés depuis les événements qui ont mené aux meurtres d’une série d’innocents touristes en Inde, mais l’histoire criminelle mystérieuse de la Québécoise Marie-Andrée Leclerc, morte il y a 35 ans ce printemps, continue de fasciner les curieux et les journalistes de la scène policière.

Charles Sobhraj et Marie-Andrée Leclerc en 1976 Photo par REX USA

Comment une jeune et frêle secrétaire médicale de Lévis, près de Québec, est-elle devenue la femme la plus recherchée d’Asie? Et, était-elle la tueuse en série la plus prolifique de l’histoire du pays?

Le 20 avril 1984, moins d’un an après avoir été relâché par la justice indienne et son retour au Québec, Marie-André Leclerc est morte d’un cancer de l’utérus en emportant ses secrets avec elle.

Était-elle victime ou meurtrière?

De 1975 à 1976, la Québécoise aurait participé aux meurtres de plusieurs touristes européens et nord-américains en Asie.

On affirme qu’elle aurait volontairement aidé son complice indo-vietnamien, Charles Sobhraj, à droguer ces voyageurs pour leur dérober argent et passeports, puis à se débarrasser de leurs corps.

Le nombre des victimes varie grandement, de 20 selon certaines sources, à plus de 50 selon d’autres.

Devant la justice en Inde, puis face à l’opinion populaire au Canada

Incarcérée en Inde en 1976 puis reconnue coupable de meurtre en 1981, elle a été condamnée à la prison à perpétuité. Mais les conditions de détention de Marie-Andrée Leclerc lui avaient attiré une certaine sympathie au Québec.

Couverture du livre Je reviens de Marie-Andrée Leclerc

La jeune femme étant atteinte d’un cancer, la Cour suprême indienne l’a autorisée à revenir temporairement au Canada afin de se faire soigner.

Partie pour un voyage en Inde qui ne devait durer que quelques mois, elle est donc revenue au pays, huit ans plus tard, épuisée, se déplaçant en fauteuil roulant, meurtrie physiquement et moralement, mais visiblement heureuse d’être de retour au Canada.

Dans différentes entrevues télévisées, et dans une biographie rédigée quelques mois avant sa mort, Marie-André Leclerc a continué de nier qu’elle était l’une des plus formidables meurtrières de notre histoire.

Voyez comment ses mésaventures en Asie continuent de fasciner 35 ans après son décès…

Image du Téléjournal de Radio-Canada du 20 avril 1984

Un peu d’histoire…

En 1975, Marie-Andrée Leclerc menait une vie ordinaire à Lévis. À 30 ans, cette secrétaire médicale a décidé de changer d’air et d’effectuer un voyage au Cachemire. Elle y est tombée sous le charme d’un homme qui prétend être reporter photo pour Paris Match. Charles Sobhraj était en fait un criminel indo-vietnamien. De retour à Lévis à l’été 1975, la jeune femme a reçu des lettres d’amour et de nombreux appels de Sobhraj. Séduite, elle est repartie le retrouver en Asie.

Elle a alors participé à des agressions dans lesquelles des touristes ont été dépouillés après avoir été drogués. Mais rapidement, le couple ne s’est pas contenté de voler des passeports, des bijoux ou de l’argent. Il a assassiné les gens volés.

La première victime était une jeune Américaine de 18 ans. Teresa Ann Knowlton a été tuée le 18 octobre 1975. On l’a retrouvée morte et brûlée à Pattaya, en Thaïlande, le corps vêtu d’un bikini et d’un sac de plastique.

Huit autres personnes ont subi sensiblement le même sort en Thaïlande, au Népal et en Inde.

DÉCOUVREZ AUSSI : Le plus grand tueur en série canadien est transféré au Québec

La police a trouvé les restes ou l’ADN de 33 femmes sur la ferme de Robert Pickton. Crédit photo : CBC

RCI avec la contribution de Jacques Plante, Madeleine Poulin, Marc Laurendeau et Jacques Beauchamps de Radio-Canada et la journaliste Huguette Laprise

En complément

Il y a 35 ans décédait Marie-André Leclerc – Radio-Canada 

Le tueur en série français Charles Sobhraj opéré au Népal – Ouest-France 

Marie-Andrée Leclerc inculpée en Inde – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*