Photo : iStock

Plus de la moitié des conseils d’administration des entreprises au Canada sont entièrement occupés par des hommes

Share

Selon de nouvelles données de Statistique Canada, 56 % des conseils d’administration des entreprises au pays sont entièrement composés d’hommes, tandis que 28 % des entreprises ne comptent qu’une seule femme dans leur conseil d’administration et seulement 15,2 % ont plus d’une femme.

Au total, les Canadiennes occupent moins d’un poste sur cinq (19,4 %) au sein des différents conseils d’administration des entreprises.

Toutes ces données sont basées sur les informations obtenues lors du recensement de 2016, et l’analyse met l’accent sur la présence des femmes occupant des postes de direction non seulement dans les entreprises privées, mais aussi dans les sociétés publiques et gouvernementales.

Ce sont les entreprises publiques au Canada, en 2016, qui comptaient le plus grand nombre de femmes dans leur conseil d’administration. Elles y occupaient un 28,8 % des sièges. Les entreprises publiques étaient à la traîne avec un siège sur cinq (20,5 %). Les sociétés privées avaient la plus faible représentation de femmes dans leur conseil d’administration, soit à peine 17,4 %.

Le secteur de la construction et celui de l’industrie manufacturière ont la plus faible proportion de femmes, soit 12,8 % et 14,4 % respectivement. Crédit photo : IS / baona

Une comparaison à saveur internationale

Statistique Canada s’est également intéressé dans son enquête sur un lien possible entre la propriété nationale et étrangère d’une entreprise et le niveau de participation des femmes aux activités des conseils d’administration. Les conseils contrôlés par des entités étrangères représentaient moins du tiers des conseils examinés dans le cadre de cette enquête.

Or, on découvre que les entreprises sous contrôle canadien comptaient le plus grand nombre de femmes au sein des conseils d’administration, soit 21,3 %. La France vient au deuxième rang avec 17,5 %, suivie du Royaume-Uni avec 17,1 %.

Les industries de services comptaient également la plus forte proportion de femmes dans les conseils d’administration des entreprises. Il s’agit notamment des finances (22,5 %), des services publics (21,4 %) et de la gestion des sociétés et des entreprises (20,1 %).

Différentes initiatives au pays

Graeme Roy/Canadian Press

Rappelons qu’il y a cinq ans, le ministère canadien du Travail et celui de la Condition féminine avaient déposé un rapport intitulé Bon pour les affaires : Plan pour accroître la participation des femmes aux conseils d’administration.

Sans prôner l’imposition de quotas, le rapport proposait une série d’objectifs visant à augmenter le nombre de femmes dans les conseils d’administration du pays.

On recommandait notamment que les secteurs public et privé canadiens nomment 30 % de femmes à des postes au sein des conseils d’administration d’ici cinq ans, et que les sociétés cotées en bourse instaurent une approche fondée sur le principe comply or explain (se conformer ou expliquer).

En 2015, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a adopté pour sa part une règle de conformité ou d’explication qui oblige la plupart des sociétés inscrites à la Bourse de Toronto à divulguer annuellement le nombre de femmes qui siègent à leur conseil et occupent des postes de haute direction. Elle exige également la divulgation de renseignements sur des aspects connexes, notamment si la société a une politique d’identification et de nomination de femmes aux postes d’administrateurs, et s’il existe des objectifs en ce qui concerne le conseil ou la direction, et sinon, d’expliquer pourquoi.

Les plus récentes données recueillies auprès des organismes canadiens de réglementation des valeurs mobilières montrent que, parmi 648 entreprises, 15 % des sièges au conseil d’administration étaient occupés par des femmes, comparativement à 11 % quatre ans plus tôt.

LISEZ AUSSI : Encore un peu plus de femmes dans les conseils d’administration au Canada

Crédit photo : iStock

RCI avec les informations du gouvernement du Canada et de Melissa Bennardo de CBC News

En complément

Haute direction : augmentation du pourcentage de femmes, recul de celui des minorités visibles – RCI 

Conseils d’administration : les femmes sont une bonne affaire – RCI 

Le gouvernement canadien entend soutenir la participation des femmes aux conseils d’administration – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*