Photo en plein air d’une jeune fille en train de vapoter, assise sur l’herbe dans le parc, avec son ordinateur portable. Crédit: Istock

Dépendance des jeunes aux cigarettes électroniques : les Canadiens exigent des solutions immédiates du fédéral

Share

Ils sont nombreux à appuyer l’idée d’un encadrement plus serré de la part du gouvernement. C’est ce que démontre un sondage Léger.

Stratégie contre la publicité excessive

Si les jeunes Canadiens démontrent ces derniers temps une forte propension à vapoter, c’est en raison de l’influence de la publicité massive, qui fait la promotion de plusieurs variétés de cigarettes électroniques. Le fait qu’elles soient présentées dans des emballages attrayants et que leurs saveurs soient variées (mentholées, fruitées, etc.) constitue d’autres motifs d’attraction.

La situation au Canada est tout aussi préoccupante qu’aux États-Unis, où les principaux responsables de la Food and Drog Administration (FDA) ont qualifié le phénomène de véritable « épidémie ».

Plusieurs études montrent pourtant que le vapotage n’est pas sans dangers pour la santé. Par ailleurs, les scientifiques soutiennent qu’il accroît le risque de tabagisme de près de 400 %.

Selon le sondage de la firme Léger, 7 Canadiens sur 10 (69 %) souhaitent que le gouvernement agisse au plus vite pour réduire ou éradiquer cette dépendance des jeunes aux produits de vapotage.

Ils sont encore plus nombreux, 8 sur 10, à demander une interdiction totale de la publicité de ces produits aussi bien à la télévision que sur Internet.

« 86 % des Canadiens conviennent que les mêmes restrictions en matière de publicité que les produits de tabac devraient s’appliquer aux produits de vapotage, y compris 77 % des fumeurs », a observé Michael Perley, directeur général de l’Ontario Campaign for Action on Tobacco, dans le communiqué de presse.

Échantillons de publicités ayant vu le jour après la légalisation de la cigarette électronique. (Groupe CNW/Coalition québécoise pour le contrôle du tabac)

Aller au-delà des consultations réglementaires

Les responsables fédéraux ont récemment fait savoir que cette situation était suffisamment préoccupante pour lancer des consultations afin de définir la meilleure façon d’intervenir.

La ministre de la Santé Ginette Petitpas-Taylor avait alors annoncé le lancement de deux consultations réglementaires pour encadrer la publicité des produits du vapotage et pour réglementer les attributs, saveurs, présentations, teneurs en nicotine, etc.

C’est une volonté louable, mais qui est loin de porter ses fruits dans l’immédiat, clament des groupes de santé, qui y voit une démarche trop longue, alors que le problème nécessite une solution immédiate et ponctuelle.

Par ailleurs, l’adoption du projet de loi S-5, il y a un an, n’est pas de nature à favoriser la lutte contre la dépendance des jeunes aux produits du vapotage. Cette loi serait venue en quelque sorte démocratiser l’accès des compagnies aux publicités à la télévision, sur Internet et sur les panneaux d’affichage extérieur, ce qui rend populaires ces produits auprès des jeunes.

Il faut donc prendre d’autres actions plus contraignantes, car le problème risque de s’étendre aux plus jeunes enfants. Les produits sont désormais vendus partout, sur Internet, dans les bars, etc. Et il n’est pas rare que certains fassent appel à des réseaux de distribution illégaux pour pouvoir les obtenir.

Avec des informations de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac

Lire aussi :

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*