Le gouvernement canadien veut aider les communautés rurales à accéder à Internet (Photo : iStock)

Internet à haut débit et Canada rural : le gouvernement fédéral veut donner un coup de pouce aux communautés

Share

Dans son budget déposé en mars dernier, le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, déposait les plans financiers incitatifs pour accélérer le déploiement de l’accès Internent partout au pays d’ici à 2030. Ce projet d’envergure comptera sur six milliards de dollars.

Début 2019, on soulignait ici à RCI que presque 20 % des Canadiens devaient considérer l’Internet à haute vitesse à domicile comme étant un rêve, un espoir et, dans certains cas de figure, une illusion.

(Photo: iStock)

Nouveau plan 

Voilà que la ministre du Développement rural du Canada, Bernadette Jordan, ajoute sa contribution au dossier en annonçant qu’elle dévoilera le mois prochain un nouveau plan d’élargissement de la couverture Internet et de la téléphonie mobile dans les collectivités éloignées des grands centres.

Bernadette Jordan, ministre du Développement économique rural (Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld)

« Un certain nombre de communautés ont décidé de créer leur propre fournisseur de service Internet parce qu’elles ne voulaient pas attendre les opérateurs de télécommunication, elles ne voulaient pas attendre que les plus grandes entreprises fournissent le service. C’est quelque chose que nous examinons en ce moment. »

Bernadette Jordan ministre du Développement rural du Canada

Et comme le Canada est très vaste…

Mme Jordan proposera aussi aux collectivités rurales, aux villages et petites villes, aux municipalités régionales de comté et autres constituants politiques de devenir leurs propres fournisseurs de services, avec financement à la clé.

Lenteur d’Internet : la plainte récurrente des régions éloignées (Photo: iStock)

Une plainte récurrente et tenace

Depuis que le déploiement d’Internet a commencé au Canada, déploiement qui s’est fait à partir des grandes villes – Toronto, Montréal, Vancouver, Calgary, Ottawa – les ramifications vers les régions moins peuplées se sont faites de plus en plus lentement.

Ainsi, le problème récurrent et très bien documenté est celui de la haute vitesse, en fait de son absence dans les zones rurales.

Et, vie moderne oblige, pas d’Internet à haute vitesse veut dire des difficultés pour les entreprises en régions éloignées de faire des affaires et, par conséquent, d’attirer des résidents.

C’est même une cause d’exode des jeunes vers les villes.

Déploiement d’Internet au fil des années.

Appui unanime des députés

La Chambre des communes a fait écho à cette réalité préoccupante en appuyant à l’unanimité la motion d’un député libéral du parti au pouvoir demandant l’élargissement de l’infrastructure numérique canadienne en zones rurales. Il allègue des raisons allant de l’économie des régions à la sécurité de leurs citoyens (inondations, tornades, verglas puissant, feux de forêt et peu ou pas de moyens adéquats de faire appel à l’aide ou de coordonner les interventions).

On a pu lire dans le recensement de 2016 que 82 % de la population canadienne vit dans des villes grandes et moyennes, l’une des plus fortes concentrations urbaines des pays du G7.

PC, RCI, Radio-Canada

Plus :

Nos dossiers sur l’Internet au Canada (RCI)

Internet, la révolution virtuelle (Archives de Radio-Canada)

Internet haute vitesse : pour la fin d’une discrimination numérique en région (Radio-Canada)

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, Internet et technologies, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*