Des équipes d'urgence transportent un passager blessé vers une ambulance à Ketchikan, en Alaska, après que deux hydravions se sont heurtés en plein vol lundi. (Dustin Safranek/Ketchikan Daily News via AP)

Partis du Canada en bateau de croisière, ils périssent en Alaska dans une collision entre hydravions

Share

La compagnie de croisière Princess Cruises a déclaré que cinq personnes étaient mortes et qu’une personne était portée disparue. Les gardes-côtes américains ont pour leur part annoncé la nuit dernière que quatre personnes sont mortes et deux autres sont portés disparus à la suite de la collision, lundi, entre deux hydravions en Alaska.

Selon le croisiériste, les passagers des deux avions étaient tous membres d’une croisière à bord du bateau Royal Princess qui avait quitté le port de Vancouver samedi pour un voyage de sept jours en Alaska. On ignore toujours si des Canadiens sont des victimes dans cet accident.

La collision est survenue en plein vol près de la ville de Ketchikan, dans le sud-est de l’Alaska, selon la Garde côtière américaine, à environ 770 kilomètres au nord de Vancouver. Elle est également située à environ 140 kilomètres au nord-ouest de Prince Rupert, en Colombie-Britannique, et compte quelque 13 000 habitants. Selon les autorités touristiques locales, plus d’un million de touristes sont passés par cette agglomération en 2018.

On apprenait ce matin qu’au moins un Canadien figure parmi les victimess. « Nous offrons nos condoléances à la famille et aux êtres chers du Canadien qui est mort en Alaska », écrit Guillaume Bérubé, un porte-parole d’Affaires mondiales Canada, dans un courriel. « Des agents consulaires canadiens à Seattle sont en contact avec les autorités locales pour recueillir de l’information supplémentaire et donner de l’aide consulaire au besoin. » L’identité du défunt n’a pas été révélée et la nationalité des autres passagers des deux hydravions n’a pas encore été confirmée.

Les circonstances de la tragédie

Les avions sont entrés en collision dans des circonstances inconnues, a déclaré Allen Kenitzer, porte-parole de la Federal Aviation Administration, dans un courriel à l’Associated Press. La collision s’est produite vers 13 h, heure locale.

Les conditions météorologiques dans la région le lundi comprenaient un ciel très couvert avec des vents du sud-est de 14 km/h.

Dix touristes et un pilote se trouvaient à bord d’un avion de type Havilland Otter DHC-3 exploité par la compagnie Taquan Air. Dix de ces personnes, selon Princess Cruises et les gardes-côtes, ont été emmenées à l’hôpital de Ketchikan, tandis qu’un passager est porté disparu.

Cinq personnes étaient à bord de l’autre appareil, un de Havilland DHC-2 Beaver. Princess Cruises indique que toutes les personnes à bord de cet avion ont été tuées. Mais certaines données apparaissent pour le moment contradictoires.

Le bateau de croisière Royal Princess devrait arriver à Anchorage samedi, selon un communiqué de presse de la compagnie. Une partie du voyage, selon le site web de l’entreprise, comprenait une  » observation panoramique des glaciers  » avec des arrêts à Juneau, Ketchikan et Skagway.

Ce n’est pas la première fois qu’un accident d’avion majeur se produit près de Ketchikan, une destination touristique populaire. En juin 2015, un pilote et huit passagers sont morts lorsqu’un DHC-3 Otter s’est écrasé en région montagneuse à environ 39 kilomètres de Ketchikan.

Le paquebot de croisière Royal Princess, vu ici lors d’une escale à l’Île-du-Prince-Édouard en 2018 (Steve Bruce/CBC)

Le port de Vancouver est un important point d’ancrage des croisières vers l’Alaska


Port de Vancouver avec un bateau de croisière Photo : Radio-Canada

On y prévoit plus de 20 % de passagers supplémentaires cette année et près de 300 visites de navire pendant la saison des croisières, soit du 29 mars au 1er novembre.

Le port de Vancouver s’attend à une saison record en 2019, avec plus d’un million de passagers de bateaux de croisière attendus.

Chaque escale génère une activité économique directe de près de 3 millions de dollars en moyenne, selon le port de Vancouver.

Au total, 41 navires de 24 compagnies de croisière feront escale à Vancouver cette année, parfois à plusieurs reprises durant la saison.

Pourquoi la région de l’Alaska n’appartient-elle pas au Canada?

Le Canada est 2e dans le monde pour la superficie. Avec l’Alaska, il aurait pu être un peu plus grand! Crédit photo : arte

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence-France Presse et la contribution de Radio-Canada

En complément

Un chanteur pop allemand en vacances sur un bateau de croisière porté disparu au large du Canada – RCI 

Le Québec remporte le prix de la meilleure destination croisières – États-Unis et Canada – RCI 

Une première grande croisière permise dans le passage du Nord-Ouest – RCI 

Share
Catégories : Économie, Environnement, International
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*