Conrad Black Photo: La Presse canadienne / Darren Calabrese

Trump accorde un pardon présidentiel à son vieil ami, l’ex-milliardaire et ex-Canadien Conrad Black

Share

Donald Trump vient de gracier officiellement l’ex-magnat de la presse et ex-milliardaire Conrad Black, qui avait été condamné en 2007 aux États-Unis pour fraude et entrave à la justice. Il avait purgé trois ans et demi de prison, avant d’être expulsé vers le Canada, son pays natal. Les deux hommes d’affaires se connaissent depuis plus de 30 ans.

Black, 74 ans, qui avait renoncé à sa nationalité canadienne en 2001 pour pouvoir accéder à la Chambre des lords en Grande-Bretagne, a souvent appuyé publiquement les décisions politiques de son ami de longue date en plus de lui consacré un livre, jugé très élogieux, l’an dernier : Donald J. Trump : un président pas comme les autres.

« Lord Black est à l’origine de contributions remarquables au monde des affaires, ainsi qu’à la pensée politique et historique », soutient la Maison-Blanche dans un communiqué.

Elle cite également plusieurs personnalités éminentes qui, selon elle, « se sont vigoureusement portées garantes du caractère exceptionnel de Conrad Black. Il s’agit notamment de l’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger, d’Elton John, de Rush Limbaugh et de feu William F. Buckley fils.

M. Black a été reconnu coupable d’avoir comploté pour détourner des millions de dollars de la vente de journaux appartenant à Hollinger inc. dont il était le président-directeur général.

Accusé de « cleptomanie corporative »

Avant ses démêlées avec la justice, Conrad Black s’était retrouvé à la tête, dans les années 1990, de l’empire de presse Hollinger, le troisième en importance dans le monde. Il comprenait le Jerusalem Post, le Daily Telegraph de Londres, le Chicago Sun-Times ou encore le quotidien canadien conservateur National Post de Toronto.

Il avait été reconnu coupable d’avoir détourné, par l’attribution de bonus, 6,1 millions de dollars. Il avait initialement été condamné à 78 mois de prison, mais sa peine avait été réduite après que la Cour suprême des États-Unis eut annulé deux de ses trois condamnations pour fraude.

Conrad Black lors de son procès pour fraude aux États-Unis Photo crédit : CBC

D’autres partisans de Trump graciés

Donald Trump à l’habitude d’offrir des pardons présidentiels à des gens favorables à son action politique.

Dinesh D’Souza, un conservateur polémiste très antidémocrate, a été gracié en 2017.

L’ancien shérif Joe Arpaio, condamné pour ses méthodes policières discriminatoires envers les immigrés clandestins, a aussi bénéficié la même année d’un pardon présidentiel.

Dans une déclaration faite en fin de journée mercredi, M. Black a qualifié de « non-sens » son calvaire juridique, ajoutant qu' » il n’y a jamais eu un mot de vérité dans tout cela. Et maintenant c’est fini, après 16 ans, dont 3 ans et 2 semaines dans les prisons fédérales américaines. »

LISEZ AUSSI : L’ancien baron de la presse et ex-prisonnier Conrad Black vend sa maison pour 16,5 millions

Crédit photo : jewishbusinessnews.com

RCI avec l’Agence-France Presse, Reuters et l’Associated Press

En complément

Donald Trump accorde un pardon à Conrad Black – Radio-Canada 

Conrad Black accusé de « cleptomanie corporative » – Radio-Canada 

Trump grants full pardon to former media baron Conrad Black – CBC 

Share
Catégories : Économie, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*