Des fonctionnaires vérifient un conteneur d'expédition contenant des déchets de Vancouver à Manille dans cette photo non datée. (Philippines Bureau of Customs/Canadian Press

Les Philippines rappellent leur ambassadeur dans leur dispute avec le Canada sur des cargaisons de déchets

Le président Rodrigo Duterte rappelle son ambassadeur et ses représentants consulaires au Canada, car Ottawa n’a pas respecté la date limite imposée par son pays pour rapatrier plus d’une centaine de conteneurs de déchets illégalement expédiés aux Philippines il y a des années.

Le président philippin Rodrigo Duterte (Lean Daval fils | Reuters)

Son ministre des Affaires étrangères, Teodoro Locsin fils, a tweeté que les Philippines  » maintiendront une présence diplomatique réduite au Canada jusqu’à ce que les ordures canadiennes y soient retournées par bateau « .

Cette mesure est la plus récente expression de la tension dans les relations entre les Philippines et le Canada sous le président Duterte.

Le mois dernier, il avait menacé de renvoyer de force les conteneurs de déchets au Canada si les autorités canadiennes ne les reprenaient pas. Par la suite, les fonctionnaires ont fixé au Canada la date limite du 15 mai pour s’y conformer.

Ordures ménagères et couches souillées

Des militants philippins de l’environnement portent un faux fourgon rempli d’ordures pour symboliser les conteneurs d’ordures qui ont été expédiés du Canada aux Philippines. (Aaron Favila/Associated Press)

Au moins 103 conteneurs de déchets ménagers, comprenant des bouteilles et des sacs en plastique, des journaux et des couches, ont été expédiés aux Philippines de 2013 à 2014.

Des responsables philippins affirment qu’ils ont été faussement déclarés par une entreprise privée comme étant des rebuts de plastique recyclable. Ils ont demandé au Canada de reprendre les ordures.

Le gouvernement canadien a déclaré, le mois dernier, par l’entremise de son ambassade à Manille, après les remarques provocatrices de Duterte, qu’il  » est fermement déterminé à collaborer avec le gouvernement des Philippines pour résoudre cette question « .

Le mois dernier, un avocat de la Colombie-Britannique a déclaré dans un mémoire juridique que le Canada viole la Convention internationale de Bâle, qui interdit aux pays développés d’envoyer leurs déchets toxiques ou dangereux aux pays en développement sans leur consentement éclairé.

L’an dernier, Duterte avait ordonné l’annulation d’un accord de plusieurs millions de dollars pour l’achat de 16 hélicoptères au Canada après qu’Ottawa eut décidé d’examiner l’accord par crainte que les militaires philippins n’utilisent l’avion dans des attaques contre-insurrectionnelles.

Le premier ministre Justin Trudeau s’entretient avec le président philippin Rodrigo Duterte lors de la 40e session commémorative ANASE-Canada, à Manille, le mardi 14 novembre 2017. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

RCI avec La Presse canadienne, les informations de Catharine Tunney de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Des conteneurs à déchets expédiés par le Canada aux Philippines : y a-t-il eu violation du droit international? – RCI 

« Les Philippines ne sont pas la poubelle du Canada » – RCI

Philippines recalling envoys in Canada over trash shipments – CBC 

Catégories : Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.