Reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger : un véritable casse-tête pour les nouveaux arrivants au Canada. Crédit : Istock.

Reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger : faire tomber les barrières, bien plus qu’un vœu pour le fédéral?

Share

 Le gouvernement fédéral investit dans un nouveau projet pour éliminer les barrières à la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger par les nouveaux arrivants au Canada.

Contexte de pénurie importante de la main-d’oeuvre

Le taux de chômage des immigrants, surtout des femmes appartenant aux minorités visibles, est très élevé partout au pays. Il s’agit souvent de personnes hautement qualifiées, dont les diplômes obtenus dans leurs pays d’origine ne sont pas reconnus à leur juste valeur, lorsqu’ils ne sont pas tout simplement méconnus au Canada. Cette situation représente une entrave majeure à l’intégration socio-économique des concernés.

« Les nouveaux arrivants (âgés de 15 à 64 ans) présentent un taux d’emploi plus faible (62,2 %) que les non-immigrants (71,7 %). » (Source : Statistique Canada Recensement de 2016)

« Les nouvelles arrivantes issues des minorités visibles présentent un taux de chômage plus élevé (14,4 %) que celui de leurs homologues masculins (10,2 %). (Source : Statistique Canada, Nouveaux arrivants au Canada de 2011 à 2016)

Dans un contexte de pénurie importante de la main-d’œuvre, le gouvernement fédéral s’engage à aider les nouveaux arrivants à faire reconnaître rapidement leurs titres de compétences. C’est ce qui justifie l’investissement de 3, 8 millions de dollars pour les huit prochaines années dans le projet « Accelerating Career Advancement ».

L’annonce de cet investissement par la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail, Patty Hadju, suscite un réel engouement au Centre for Education & Training qui propose le projet. Il permettra à 1200 nouveaux arrivants de la région du Grand Toronto de faire reconnaître plus rapidement leurs compétences au Canada.

« Nous sommes fiers de collaborer avec Emploi et Développement social Canada (EDSC) pour donner aux nouveaux arrivants la chance d’intégrer le marché du travail dans le domaine qu’ils ont choisi », a affirmé Merv Hillier, le président-directeur général du Centre for Education & Training, dans le communiqué de presse.

Les femmes issues des minorités visibles sont plus susceptibles d’être au chômage que les hommes du même groupe. Crédit : iStock.

Une question d’égalité des chances

La non-reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger confine très souvent les nouveaux arrivants dans des tâches qui ne relèvent pas toujours de leurs domaines de compétence. Il s’agit de tâches sous-payées, peu valorisantes et dans bien des cas éphémères.

L’initiative fédérale s’inscrit dans le cadre plus large du Programme de reconnaissance des titres de compétence étrangers (PRTCE). Elle met à la disposition des provinces, territoires, organismes de régulation et autres organismes engagés dans la reconnaissance des compétences, des ressources pour accélérer le processus.

Dans le cadre de ce PRTCE, les nouveaux arrivants ont droit à des prêts et à des services pour obtenir rapidement la reconnaissance de leurs acquis et favoriser l’insertion sur le marché de l’emploi.

« Notre succès dépend de l’égalité des chances de réussite de chacun, y compris des nouveaux arrivants […] Grâce à cet investissement, nous nous assurons qu’aucun talent inexploité ne sera laissé pour compte. Lorsque nous donnons aux nouveaux arrivants une chance égale de réussir au Canada, notre économie et notre classe moyenne prospèrent », a relevé la ministre Patty Hadju dans le communiqué de presse.

Avec des informations du gouvernement fédéral
Sur le même sujet :

C'est un sujet qui revient souvent dans l'actualité : la difficulté des immigrants à faire reconnaître leurs diplômes professionnels au Québec. Annie Hudon-Friceau en a rencontré trois.
Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*