Steve Biro a photographié un pygargues à tête blanche. (Crédit photo : Steve Biro)

Le cliché d’un photographe canadien fait le tour du monde

Le Canadien Steve Biro n’en revient toujours pas. Sa photo d’un pygargue à tête blanche est devenue virale après l’avoir partagé sur les réseaux sociaux.

Le photographe amateur a réussi à prendre l’aigle en plein vol alors qu’il se trouvait au Canadian Raptor Conservancy situé sur les bords du lac Érié en Ontario. On y voit le rapace se diriger directement vers l’objectif.

Ce jour-là, l’homme originaire de Windsor avait pris une centaine de photographies. Mais celle-ci a été reprise par les médias du monde entier grâce à son esthétisme original.

« On peut voir ses ailes parfaitement alignées à quelques millimètres de l’eau, a expliqué le photographe en entrevue à la BBC. Cette photo est un peu plus spéciale que les autres, mais je ne savais pas qu’elle allait avoir autant de succès. »

Description

Le pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) est un très gros oiseau. Haliaeetus signifie « aigle de mer » et leucocephalus désigne sa tête blanche. Ses ailes, bien adaptées au vol plané, sont larges et longues. Leur envergure atteint plus de 2 mètres. Lorsque l’oiseau est perché, sa hauteur est d’environ 76 cm et les individus pesant plus de 7 kg ne sont pas rares.

De façon générale, les femelles sont plus grosses que les mâles et les juvéniles sont plus gros, mais plus légers que les adultes du même sexe. Les pygargues se reproduisant dans le sud des États-Unis sont plus petits que ceux qui le font plus au nord.

Les mâles et les femelles ont un plumage identique. La livrée des adultes est brun foncé, presque noire, et contraste vivement avec les plumes blanches de la tête et de la queue ainsi qu’avec le bec, les yeux et les pattes jaunes.

Ce n’est qu’à l’âge de quatre ou cinq ans que les pygargues à tête blanche ont cette coloration distinctive. Les ornithologues amateurs peuvent confondre les pygargues plus jeunes avec d’autres oiseaux, comme l’urubu à tête rouge et l’aigle royal.

Pour tuer et manipuler ses proies, il utilise son bec épais, ses larges serres et ses énormes pieds munis de petites protubérances épineuses appelées spicules.

(Source : Fédération canadienne de la faune)

M. Biro a aussi raconté que l’aigle semblait gêné par la présence de l’appareil photo. C’est alors qu’il s’est levé du rocher où il était perché pour revendiquer son territoire.

« En fait, il voulait essayer de me chasser de l’endroit où j’étais perché, a-t-il précisé. Il est passé juste au-dessus de ma tête. J’ai même pu sentir la brise de ses ailes. »

Passionné de photos depuis 10 ans, M. Biro a un faible pour la photographie des animaux, en particulier les oiseaux. « Il y a des choses chez eux qui me fascinent, a-t-il confié au média britannique. Leur façon de chasser ou de se comporter en famille. Je vois beaucoup de similitudes de comportements entre les oiseaux et les humains. »

Les pygargues à tête blanche sont largement répandus en Amérique du Nord. Aux États-Unis, l’oiseau est l’emblème national. Au Canada, on le trouve plus souvent en Colombie-Britannique, dans les Prairies et dans certaines régions de l’Ontario.

(Avec la BBC)

Une caméra de surveillance a capté ce matin la naissance d'un pygargue à tête blanche. C'est l'emblème des États-Unis. Un 2e oeuf doit éclore dans les prochaines heures

Lire aussi :

Le Canada veut sauver ses épaulards de l’extinction

Le déclin des abeilles est une menace pour notre sécurité alimentaire, selon la FAO

Les moineaux domestiques, bientôt une espèce en voie de disparition?

Catégories : Arts et spectacles, Environnement
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.