Hoola One

Hoola One : de la faculté de génie de l’Université de Sherbrooke à la récupération de microparticules à Hawaï

Share

Allons-y d’abord d’une définition du terme « microparticule » :

La microparticule  est un objet minuscule dont la taille va de 0,1 à 100 microns (symbole « μm »)

Échelle de grandeur

Mètre = 1

Décimètre = 10−1

Centimètre = 10−2

Millimètre = 10−3

Micron = 10−6

Frédéric Lewino « Du plastique dans les fruits de mer »
[…] Voilà quatre ans, le professeur Colin Janssen, de l’Université de Gand, a collecté des moules sauvages sur les côtes belges, françaises et néerlandaises. « Nous avons trouvé une ou deux microparticules de plastique par gramme de chair, explique-t-il. En conséquence, chaque portion de moules (500 grammes) fait ingérer 200 microparticules. Rien de grave en soi, car le plastique est vite évacué naturellement. Si ce n’est que, durant son séjour en mer, ce matériau absorbe les polluants marins comme le DDT, la dioxine, les métaux lourds… Nous avons pu trouver une contamination dans ces billes atteignant 5 à 7 fois celle de l’eau. »

Source : Le Point, n° 2266, février 2016, page 102

On a tous vu ces images de cadavres d’oiseaux dont les entrailles étaient bourrées de déchets de plastique.

Hoola One

Songeons aussi à cette dépêche en provenance de Norvège qui nous parle d’une baleine malade qui a dû être euthanasiée. On a trouvé plus de 30 sacs de plastique dans son estomac lors de l’autopsie.

Ajoutons également le « continent de plastique » dans le Pacifique Nord qui ferait quelque 1,6 million de kilomètres carrés. Pour mettre ceci en perspective, c’est trois fois la France ou encore le Québec au complet.

Va pour les grands nombres, mais revenons à nos microparticules.

« Sur les plages, il n’y a pas de technologie qui permet de récolter le microplastique. On a donc décidé d’inventer une machine pour le faire. »

Jean-Félix Tremblay de Hoola One

Écoutez

Depuis que le plastique existe et depuis qu’il est bêtement rejeté par les humains dans nos voies d’eau, il arrive inéluctablement dans les océans du globe. Sans vraiment se décomposer – la bouteille de plastique prend de 100 à 1000 ans pour ce faire – le plastique se morcelle en particules de plus en plus fines tout en conservant ses propriétés.

En s’échouant sur les plages, ces microparticules se confondent aisément avec les insectes et autres sources d’alimentation pour plusieurs animaux et entrent ainsi insidieusement dans la chaîne alimentaire.

Comment récupérer ce que l’on ne voit pas?

Tel est le défi que se sont lancé des finissants en génie mécanique à l’Université de Sherbrooke.

« Ce que je veux, c’est mettre l’ingénierie au service de l’environnement. Je veux pouvoir faire une différence. C’est une priorité en 2019, et je suis heureux de faire ma part. »

Jean-Félix Tremblay de Hoola One

C’est ainsi qu’est né le Hoola One, un récupérateur de microparticules de plastique fonctionnel, efficace et peu cher à utiliser. Les concepteurs l’ont testé avec succès sur la plage de Kamilo à Hawaï, classée comme étant l’une des plages les plus immondes de la planète selon Ouest-France.          

(U de Sherbrooke)

Plus :

Une machine-outil pour dépolluer une plage à Hawaï (Université de Sherbrooke)

Hoola One : une balayeuse pour lutter contre la pollution de microplastique sur les plages (oui.surf)

Share
Catégories : Environnement, International, Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*