Un pharmacien tient en main des médicamanents d'ordonnance. Crédit : Istock

Régime public d’assurance médicaments : un boulet pour les compagnies privées, un boom pour l’État et la population?

Share

La Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec (FTQ) soutient que chacun y trouverait son compte.

Le président de la FTQ, Daniel Boyer

Le Comité consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance médicaments a déposé son rapport.

Selon les grandes lignes, au 1er janvier 2022, un régime public d’assurance médicaments devrait être mis en œuvre au pays, en collaboration avec les provinces et les territoires.

Un régime collectif présente des avantages pour ce qui est des coûts aussi bien pour l’État que pour la population, soutient Daniel Boyer, le président de la FTQ, dans un entretien avec Alice Chantal Tchandem.

« Le rapport est très clair. La mosaïque de régimes particuliers présents au Canada – plus de 100 qui sont publics, pas moins de 100 000 privés – a entraîné de profondes iniquités en termes d’accès aux médicaments. Beaucoup trop de Canadiennes et de Canadiens ne prennent pas les médicaments dont ils ont besoin, faute de moyens ou encore en raison de la faible couverture de leur régime d’assurance privée. La recommandation principale va exactement dans le sens de nos revendications : seul un régime entièrement public et universel pourrait mettre un terme à ces injustices et répondre aux valeurs canadiennes en matière d’universalité d’accès aux soins de santé », a-t-il relevé dans le communiqué de presse.

Écoutez

Une pharmacienne en interaction avec une patiente Crédit : iStock

Une menace pour l’économie de marché?

Le Canada, comme la plupart des pays du G8, est une nation commerçante, où les citoyens et les entreprises ont la liberté de vendre des biens, services et capitaux, en mettant de l’avant l’idée de faire des profits.

Le rôle de l’État est généralement celui de régulation et de prélèvement des impôts et autres contributions sur les chiffres d’affaires générés dans différents secteurs, dans le but de répondre aux besoins collectifs.

Les compagnies d’assurance privées s’inscrivent dans une telle économie essentiellement capitaliste en quête de profit comme bien d’autres. Cela est tout à fait normal, selon les défenseurs de l’économie de marché, qui soutiennent en général que le fait pour l’État de favoriser une telle liberté d’engranger des bénéfices concoure à la croissance économique.

D’autres points de vue contradictoires, comme ceux de syndicats (FTQ, CSN, CSQ), soutiennent qu’en ce qui concerne le secteur de la santé et de l’assurance médicaments, l’État ne devrait pas se contenter de jouer les arbitres avec des lois et des règlements, mais s’emparer tout simplement de l’assurance médicaments pour faire en sorte que chaque Canadien ait accès aux médicaments dont il a besoin pour sa survie, grâce à une couverture publique universelle.

Étant donné que le Canada est parmi les pays de l’OCDE présentant les prix les plus élevés, en ce qui a trait aux médicaments d’ordonnance, ce serait le seul moyen de permettre une certaine accessibilité pour tous, affirme le président de la Confédération des syndicats nationaux, Jacques Létourneau.

« C’est l’ensemble de la société canadienne qui sortira gagnante d’un tel projet. Le rapport mentionne explicitement : la multitude de régimes d’assurance médicaments nous fait perdre un extraordinaire levier de négociation auprès des compagnies pharmaceutiques. Nous partageons l’esprit du rapport à l’effet que le modèle hybride québécois n’est pas la solution appropriée. Il n’est pas normal que le prix des médicaments au Canada soit l’un des plus élevés parmi les pays de l’OCDE. Encore une fois, les conclusions auxquels arrivent les membres du Comité sont limpides : c’est l’ensemble de la société canadienne que ce soit les travailleuses et les travailleurs, les entreprises et les différents paliers de gouvernements, qui économiseront des milliards quand ce régime sera mis en place », a-t-il souligné.

Il y a donc un intérêt de santé publique qui doit prévaloir sur les intérêts économiques et pécuniaires de compagnies d’assurance, relève Daniel Boyer. Il pense que la proposition de mettre en place un régime collectif entièrement public d’assurance médicaments est loin d’être un boulet, qui viendra clouer au sol les activités des compagnies privées d’assurance. Il se dit convaincu que ces dernières sont capables de développer d’autres moyens pour se maintenir et continuer à prospérer.

C’est ainsi qu’il demande que les partis en lice, dans le cadre de la prochaine élection fédérale, s’engagent suivre les recommandations du comité consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance médicaments.

Avec des informations de la Confédération des syndicats nationaux et de l'Université de Sherbrooke
Sur le même sujet :

Un comité consultatif recommande la création d'une agence d'assurance médicaments à l'échelle du pays, pour éliminer les disparités de couverture selon les provinces et les territoires. Aucun échéancier n'a cependant été proposé par le comité, qui n'a pas non plus présenté une évaluation des coûts liés à la création d'une telle agence. Les précisions de Sébastien St-François.
Share
Catégories : Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*