La pêche urbaine est très populaire dans certains secteurs de Montréal. Photo: RCI/Marie-Claude Simard

Plusieurs mordus pêchent à Montréal, mais devraient-ils manger leurs poissons?

Share

Il paraît que certains adeptes de pêche sportive au Québec ressentent aux poignets un genre d’agitation lorsqu’à la fin d’avril, une fois les eaux complètement dégarnies de leur couvert de glace, la saison de la truite ouvre enfin. La fébrilité serait encore plus marquée lorsque le pêcheur vit en milieu urbain, à Montréal par exemple, loin des lacs translucides où frétille l’appétissante mouchetée.

« Quand pourrai-je me libérer pour aller taquiner la truite ou le doré », se demande notre hypothétique mordu de pêche, assis dans le métro bondé en regardant, découragé, son calendrier bien rempli. Alors germe une idée farfelue. « Et si je pêchais en ville, dans le fleuve Saint-Laurent, sous le pont Jacques-Cartier dans le Vieux-Port? Après tout, Montréal est une île dans un fleuve majestueux où grouille le poisson! »

Un pêcheur mesure la taille du doré qu’il vient de pêcher au parc Dieppe situé sur une péninsule en face du Vieux-Port de Montréal. Photo : RCI/Marie-Claude Simard

Trois mots : pollution, pollution, pollution

Toute sorte de rumeurs circulent à propos de l’eau du Saint-Laurent – ô combien polluée, certains diront – et de la faune qui l’habite. Depuis belle lurette, des histoires de créatures à deux têtes déformées par les contaminants qui nagent autour de la métropole refroidissent les ardeurs des pêcheurs les plus passionnés. Certains jurent qu’ils s’affameraient plutôt que de manger un poisson sorti de ces eaux!

Et la réputation du fleuve ne s’est pas améliorée depuis le déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées par la Ville de Montréal en 2015…

D’autre part, la pêche urbaine est de plus en plus populaire au Québec. Plusieurs organismes, gouvernementaux ou non, encouragent cette activité. Certains parcs de la ville de Montréal situés près de l’eau en font la promotion, comme le parc Dieppe. Cet endroit situé sur la péninsule de la Cité du Havre offrant une vue magnifique sur le centre-ville et le Vieux-Port attire de nombreux pêcheurs qui rapportent fièrement leurs prises à la maison.

Plusieurs pêcheurs se retrouvent au parc Dieppe, particulièrement tôt le matin, en fin de journée et les fins de semaine. Photo : RCI/Marie-Claude Simard

Peut-on manger le poisson?

Alors que les histoires de pêche parlant de monstres à deux têtes sont difficiles à prouver, la toxicité des poissons est certainement mesurable et les scientifiques qui s’en occupent savent très bien quoi répondre quand on leur demande si on peut manger les poissons du fleuve dans la région métropolitaine.

« Oui, ils sont excellents, affirme Denis Laliberté, chimiste à la direction du milieu aquatique au ministère de l’Environnement. Ils sont bons pour la santé pour la population en général, dans la mesure où l’on en mange selon les fréquences et quantités recommandées. »

Nous sommes allés pêcher au parc Dieppe. Regardez notre vidéo!

M. Laliberté est responsable du réseau de surveillance des substances toxiques dans le milieu aquatique concernant la chair des poissons. Son équipe, en collaboration avec le ministère de la Santé et le ministère de la Faune, est à l’origine du Guide de consommation du poisson de pêche sportive en eau douce.

Quiconque se pose des questions sur la toxicité des poissons peut consulter en ligne ce guide avant de lancer sa ligne à l’eau. Les analyses sont faites dans plus de 1200 sites de la province et visent une quarantaine d’espèces.

Certains adeptes vont pêcher au parc Dieppe en vélo, en métro ou même en taxi! Photo : RCI/Marie-Claude Simard

Huit repas par mois

Selon le guide, les principaux poissons que l’on retrouve dans le fleuve près de Montréal – achigan, doré jaune, grand brochet, perchaude et barbue de rivière – de grandeur moyenne peuvent être consommés sans risque à raison de huit repas par mois. Il s’agit de la fréquence la plus élevée dans le guide! La portion recommandée par repas est de 230 g. Si vous avez un petit appétit, vous pouvez en manger plus souvent.

Non seulement ils sont bons à manger, ils sont, dans certains cas, meilleurs que des poissons d’une même espèce vivant dans des régions plus sauvages de la province, éloignées de la pollution urbaine.

Comment est-ce possible?

Les recommandations du guide sont basées sur la teneur en mercure trouvée dans la chair des poissons. Or, les poissons de la région métropolitaine ne sont pas plus contaminés par ce polluant que les autres.

Le chimiste explique que la source principale du mercure est atmosphérique. C’est avec la pluie qu’il se retrouve dans les cours d’eau. Aucune région n’est à l’abri de ce phénomène.

« Les gens croient que parce qu’ils sont dans un milieu complètement vierge, que le poisson est très propre à la consommation. Mais le mercure vient principalement par voie atmosphérique… Un très gros doré du nord est souvent beaucoup plus contaminé que celui du Saint-Laurent. » – Denis Laliberté

Photo : Ravi Pinisetti/Unsplash

L’âge et la grosseur du poisson sont déterminants

De plus, en raison de la chaleur, les poissons d’une même espèce grandissent beaucoup plus vite et vivent moins longtemps à Montréal que dans les lacs et rivières plus nordiques. Ainsi, la toxicité est aussi relative à l’âge et à la grosseur du poisson.

« Un doré peut vivre environ 6 ou 7 ans dans le Saint-Laurent près de Montréal. Mais dans le nord à Chibougamau, il peut vivre 20 ans ou plus », explique-t-il. Ainsi, les poissons du sud près de Montréal sont exposés pendant beaucoup moins longtemps au mercure.

Plusieurs autres métaux sont mesurés (nickel, cobalt, plomb, etc.), mais c’est de loin le mercure qui se retrouve en plus grandes quantités dans la chair, dans des concentrations susceptibles de représenter un risque toxicologique pour les consommateurs.

« Les concentrations en mercure qu’on a mesurées (à la station de Boucherville, tout près de Montréal) sont inférieures à la norme de commercialisation et de mise en marché des produits de la pêche de Santé Canada, qui est de 0,5 mg/kg. »

Et les égouts?

Bien sûr, il n’y a pas que le mercure qui inquiète certains consommateurs. La pollution causée par les déversements d’égouts, d’eaux usées de toute sorte et de déchets multiples est aussi préoccupante. Mais selon le spécialiste, ce genre de contaminants ne se retrouvent pas dans la chair, la partie comestible du poisson.

Un affiche installée près du fleuve en 2015, alors que Montréal déversait 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve afin de pouvoir faire des réparations à son système d’égouts. Photo : PC/Paul Chiasson

« Les contaminants organiques qu’on peut retrouver dans des rejets ponctuels de la ville de Montréal, par exemple, sont des composés qui aiment beaucoup le gras », dit-il.

Mais les dorés, achigans et brochets du fleuve ne sont pas gras. Il y a moins de 1 % de gras dans leur chair. Donc les contaminants organiques iront se loger dans la cavité abdominale, dans le gras viscéral.

« On ne recommande pas aux gens de manger les organes (foie) ou le gras viscéral. On conseille aux pêcheurs de  faire des filets sans la peau. »

Donc cet été, n’hésitez pas à mettre votre ligne à l’eau, même dans le fleuve à Montréal. Mais n’oubliez pas d’abord d’acheter votre permis de pêche pour la saison. Les agents vérifient fréquemment, nous ont dit des pêcheurs à l’île Saint-Hélène et au parc Dieppe. Bon appétit!

Aucun poisson n’a mordu à l’hameçon! Meilleure chance la prochaine fois. Photo : RCI/Marie-Claude Simard

La chronique Cuisine Je me souviens va à la rencontre de gens qui nous font découvrir un plat marquant de leur enfance et nous parlent des souvenirs qui y sont rattachés.

Share
Catégories : Environnement, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*