Premier plan d’action alimentaire 100 % canadien : une nouvelle certification « Aliments du Canada »?

Share

« Notre vision est ambitieuse », a lancé la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, qui était à Montréal pour énoncer les grandes lignes de la toute première politique alimentaire du Canada.

La ministre canadienne de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, lundi matin à Montréal Photo : Radio-Canada

À la suite d’une vaste consultation ces derniers mois auprès des consommateurs et des acteurs dans le secteur de l’alimentation, la ministre a apporté des précisions sur la façon dont le gouvernement compte investir dans sa nouvelle politique les 134 millions annoncées lors du récent budget fédéral.

« Trop de Canadiens n’ont pas d’accès fiable à des quantités suffisantes d’aliments sains. Trop d’enfants essaient d’apprendre le ventre vide. Et nous gaspillons plus de 11 millions de tonnes métriques de nourriture chaque année, d’une valeur de près de 50 milliards de dollars », peut-on lire dans le communiqué qui guidait les échanges avec les journalistes.

La nouvelle politique d’Ottawa vise donc à aider les Canadiens à se procurer des aliments sains, notamment en s’attaquant à la fraude alimentaire pour protéger les consommateurs contre les représentations trompeuses. On souhaite aussi s’attaquer à l’insécurité alimentaire dans les collectivités autochtones et du Nord et à la réduction du gaspillage alimentaire.

Cette réduction du gaspillage et le combat à la fraude alimentaire représentent à eux seuls des défis gigantesques comme l’explique ce reportage…

Des bonnes fraises du Québec. Photo : Radio-Canada

Après la certification « Aliments du Québec », une certification « Aliments du Canada »?

Le gouvernement canadien semble prêt à imiter une initiative québécoise très prisée des consommateurs dans les magasins d’alimentation en proposant l’instauration d’une marque « Canada » pour les aliments canadiens dès 2020.

Alors que différents objectifs de la Politique alimentaire pour le Canada ont été dévoilés par la ministre fédérale de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, lundi, elle a indiqué que le gouvernement canadien songe à instaurer à son tour une marque de commerce spécifique au pays pour « accroître la fierté et la confiance » des consommateurs à l’égard des produits canadiens.

Il s’agit de faire des aliments canadiens le premier choix des Canadiens. La ministre estime cependant qu’il est « prématuré », à ce moment, de demander si l’affichage « Canada » entrera en conflit avec l’affichage « Aliments du Québec » déjà en vigueur pour les produits québécois.

Pour le moment, le ministère attend pour définir formellement son initiative les conclusions de l’Agence canadienne de l’inspection des aliments qui mène des consultations pour mieux cerner ce qui devrait être considéré comme des produits canadiens ou fabriqués au Canada.

Difficile d’être 100 % canadien

Photo : Radio-Canada

À l’heure actuelle, la définition de « Produit du Canada » est considérée comme étant trop restrictive, puisque la totalité ou la presque totalité des ingrédients doivent provenir du pays pour pouvoir profiter de cette étiquette en magasin.

Ainsi, des confitures aux bleuets du Québec, dont l’ingrédient principal serait du sucre de la Jamaïque, ne peuvent pas s’afficher comme étant un produit canadien.

Même chose pour un contenant de cornichons marinés et cultivés au Canada, mais contenant du vinaigre importé.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel C. Auger, Marie Villeneuve et Éric Gagnon de Radio-Canada

En complément

Ottawa financera des projets pour favoriser l’accès à des aliments sains – Radio-Canada 

Canada : première Politique alimentaire – Radio-Canada 

Comment nous mangerons en 2040, ou la fin de la cuisine – Radio-Canada 

Share
Catégories : Économie, Santé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*