Le groupe japonais Mitsubishi acquiert la production des avions CRJ de Bombardier pour une somme de 550 millions de dollars américains. (Photo : Nathan Denette/THE CANADIAN PRESS)

Mitsubishi va-t-il enfin décoller grâce aux CRJ de Bombardier?

Share

Bombardier ne produira plus d’avions commerciaux à partir de 2020. Le géant de l’aéronautique canadien a annoncé la vente du programme d’avions régionaux CRJ au groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries mardi matin pour une somme de 550 millions de dollars américains.

La transaction, qui doit être finalisée dans la première moitié de l’année 2020, octroie les activités de maintenance, de soutien, de remise à niveau, de marketing et de vente relatives aux avions CRJ à Mitsubishi.

Environ 1600 personnes travaillent pour le programme CRJ de Bombardier. (Photo : Nathan Denette/THE CANADIAN PRESS)
Quel avenir pour les employés?

Bombardier emploie environ 1600 personnes pour assurer les activités du programme CRJ. Ils sont répartis entre les États-Unis et le Canada.

La majorité d’entre eux, 1200, vont conserver leur emploi en travaillant pour Mitsubishi. Ainsi, environ 850 employés membres du réseau de service après-vente de l’appareil, principalement basés aux États-Unis, et 375 autres personnes travaillant pour la plupart au Québec aux ventes, à l’ingénierie, à la logistique ou au service à la clientèle seront transférés à Mitsubishi.

Les quelque 370 employés restants sont basés à l’usine d’assemblage de Mirabel, près de Montréal. Cette dernière restera la propriété du géant québécois et continuera de produire les avions CRJ jusqu’à épuisement de son carnet de commandes, soit au milieu de 2020.

Cette période de 18 mois devrait permettre à l’entreprise de transférer ses travailleurs vers d’autres programmes, dont celui qui produit les Airbus A220 sur le même site. La production de ces appareils dernier cri s’est accélérée avec de nouvelles commandes effectuées récemment.

Un avion Bombardier CRJ-1000 de la compagnie Iberia est vu sur le tarmac de l’aéroport de Saint-Exupéry à Colombier-Saugnieu près de Lyon en France. (Photo : Emmanuel Foudrot/REUTERS)

Si la transition n’a pas lieu comme prévu, le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, a bon espoir d’insérer ces employés ailleurs dans l’industrie aéronautique québécoise, qui est en grand manque de main-d’œuvre qualifiée.

Pour le syndicat représentant les employés de production du CRJ à Mirabel et à Saint-Laurent, où sont fabriquées des composantes, l’objectif est de travailler avec Bombardier pour « limiter les dégâts » pour les employés touchés. Ils souhaitent que ces derniers soient repositionnés au sein du géant québécois.

Une vente attendue

Cette vente était un secret de Polichinelle pour beaucoup. Bombardier souhaitait vendre le programme CRJ depuis quelque temps déjà. Ce dernier est déficitaire depuis plusieurs années malgré la vente de 2000 appareils.

Mitsubishi, de son côté, cherche à développer son propre programme d’avions régionaux depuis le début des années 2000. L’entreprise n’a toutefois toujours pas livré d’appareils. Le premier est prévu pour l’année prochaine.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*