Le Rapporteur spécial est un expert indépendant nommé par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies pour aider les États, entre autres, à promouvoir et à protéger le droit qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible (droit à la santé) - Photo: iStock

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies rappelle au Canada et au Québec que la santé est un droit

Share

Le Canada recevait en novembre dernier la visite de Dainius Puras, rapporteur spécial des Nations unies sur le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible.

Le Canada avait invité Mr Puras à se pencher notamment sur les facteurs qui touchent directement le droit à la santé. Il était question notamment de pauvreté, de discrimination et d’exclusion sociale.

« Je suis particulièrement intéressé par les questions liées à l’accès aux soins de santé primaire, santé mentale, les droits à la santé sexuelle et reproductive, ainsi que le droit à la santé des enfants, des adolescents et des peuples autochtones. »

Déclaration de Dainius Puras lors de l’annonce de sa visite de novembre 2018

Fin juin 2019, dépôt du rapport

En début de semaine, tel que le stipulait son mandat, le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la santé présentait ses conclusions au Conseil des droits de l’homme.

M. Puras lance un appel à tous les paliers de gouvernement au pays (fédéral, territorial, provincial, municipal) de respecter les engagements qu’ils ont pris sur la scène internationale afin de bien s’acquitter de cette partie de leur mission de protection et de respect des droits des individus.

Un médecin consulte le dossier d’un patient. Photo : iStock

Droit à la santé au Québec

En ce qui a trait plus spécifiquement à l’aspect provincial de son rapport, le cas du Québec est mis de l’avant.

On peut y lire que 14 organisations provinciales de la société civile lui ont présenté un portrait du droit à la santé au Québec.

Ce qu’elles demandent aux gouvernements, tant à Ottawa qu’à Québec, c’est d’adopter une approche globale des droits en matière de santé

Quelques exemples :

Prévoir et donner accès, sans discrimination, à des moyens de recours, de justice et de réparation, en cas de violation du droit à la santé.

Inclure les critères du droit à la santé (disponibilité des soins et services, accès gratuit et sans-discrimination, qualité, etc.) dans la Loi canadienne sur la santé et dans les transferts fédéraux aux provinces.

Assurer la mise en place de l’assurance médicaments publique et universelle.

Soutenir les organisations communautaires et sans but lucratif du secteur de la santé et des services sociaux avec du financement à long terme.

(Gouvernement du Canada)

Droit à la santé des peuples autochtones

Dainius Puras mentionne dans son rapport qu’il est urgent pour le Canada de s’occuper du droit à la santé des peuples autochtones.

Il met en lumière des problèmes majeurs, systémiques et autres, auxquels le Canada doit trouver une réponse.

Conclusions :

Les services essentiels, mais encore non couverts par la loi canadienne, sont aussi insuffisamment couverts par les systèmes publics provinciaux (les soins de santé mentale et dentaire, les médicaments, etc.).

Les disparités entre les communautés, régions, provinces et territoires.

L’accès limité aux soins de santé pour les personnes en situation de vulnérabilité, y compris les peuples autochtones, les personnes réfugiées ou migrantes, les personnes en situation d’itinérance et celles vivant avec un handicap.

« La qualité des services de santé au Canada est très bonne si vous pouvez y avoir accès. » Danius Puras, rapporteur spécial des Nations unies (Photo : iStock)

Des services de qualité, un accès difficile

Au-delà de ces recommandations, M. Puras ajoute que « la qualité des services de santé au Canada est très bonne si vous pouvez y avoir accès ».

Il est donc impératif que les gouvernements adoptent une approche globale de droits de la personne en matière de santé et de services sociaux. Ainsi ils travaillent en collaboration avec les organisations de la société civile du secteur.

Le rapporteur spécial des Nations unies  

Le rapporteur spécial est un expert indépendant nommé par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour aider les États, entre autres, à promouvoir et à protéger le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible (droit à la santé).

Ce Lituanien est un médecin avec une expertise en matière de santé mentale et de santé infantile.

Il a pris ses fonctions de rapporteur spécial des Nations unies le 1er août 2014. Dainius Puras est directeur du Human rights monitoring institute à Vilnius, professeur de psychiatrie pour enfants et adolescents et de santé mentale publique à l’Université de Vilnius. Il enseigne aussi dans les facultés de médecine et philosophie de la même université.

Les rapporteurs spéciaux de l’ONU font partie de ce qu’on appelle les « procédures spéciales » du Conseil des droits de l’homme.

Les procédures spéciales, qui constituent le plus grand groupe d’experts indépendants du système des Nations unies des droits de l’homme, sont les mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent de situations spécifiques de pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde.

Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire. Ils ne sont pas fonctionnaires de l’ONU et ne reçoivent pas un salaire pour leur travail.

Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.

(Source : Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme)

Plus :

Droit à la santé : un expert de l’ONU en visite au Canada (Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme)

Nos dossiers sur les droits de l’homme (RCI)

Entrevue de monsieur Püras à CPAC

Share
Catégories : International, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*