Photo : iStock

Une autre Canadienne arrêtée en Australie avec plusieurs kilos de cocaïne dans ses bagages

Share

Après l’affaire de deux Canadiennes et d’un Canadien en croisière qui ont été arrêtés en Australie et reconnus coupables récemment du trafic de 95 kilos de cocaïne dissimulés dans leurs bagages, voici que la police australienne vient de porter de nouvelles accusations à l’endroit d’une Canadienne après la découverte d’environ 12 kilos de cocaïne dissimulés dans ses bagages.

La femme de 42 ans venait d’atterrir avec son jeune fils à l’aéroport international de Sydney, dimanche, lorsque les agents des services frontaliers ont procédé à une fouille de ses trois grandes valises après qu’une inspection aux rayons X a décelé « plusieurs anomalies ».

« Les agents ont découvert une substance poudreuse blanche dissimulée dans la doublure des valises », déclare la police australienne dans un communiqué. Des tests ont été effectués et ont déterminé que la Canadienne transportait environ 12 kilos de cocaïne pure, un crime passible d’une peine d’emprisonnement à vie.

La police n’a pas précisé l’identité de l’accusée ni d’où elle provenait au Canada.

Une aide consulaire

Un porte-parole d’Affaires mondiales Canada a affirmé que les responsables canadiens étaient en contact avec les autorités locales et fournissaient des services consulaires à la femme et à sa famille.

Les policiers australiens disent travailler avec le consulat canadien et les services familiaux et communautaires de la région de Nouvelle-Galles-du-Sud pour déterminer comment prendre soin du jeune fils de l’accusée en attendant son retour au Canada.

L’Australie, un pays qui attire les trafiquants canadiens…

Les Canadiens sont des experts du commerce illicite de la cocaïne en Australie. Selon les autorités, un kilo de cette drogue peut s’écouler dans leur pays pour près de 250 000 $, soit jusqu’à cinq fois le prix au Canada.

La cocaïne serait plus difficile à trouver en Australie en raison de lois plus sévères et de l’emplacement du pays, situé bien loin des régions productrices.

Un rapport de l’Australian Institute of Criminology, un centre national de recherche sur la criminalité et la justice pénale, indique qu’en 2016-2017, le Canada s’est classé au troisième rang des importateurs de cocaïne, derrière les États-Unis et l’Afrique du Sud, mais devant le Mexique et le Royaume-Uni.

Mélina Roberge et Isabelle Lagacé… (Photo tirée du compte Instagram de Mélina Roberge et Isabelle Lagacé)

En 2016, trois Québécois avaient été accusés d’avoir importé de la cocaïne en Australie. Mélina Roberge, Isabelle Lagacé et André Tamine avaient été arrêtés après que leur navire de croisière, le Sea Princess, à bord duquel ils voyageaient, eut accosté à Sydney.

Les autorités australiennes avaient découvert grâce à des chiens renifleurs 95 kilos de cocaïne dans leurs valises, une quantité évaluée à 31 millions de dollars australiens (environ 30,5 M$ CA). Les trois accusés ont plaidé coupables et purgent leur peine.

LISEZ SUR LE MÊME SUJET : Un Québécois accusé de détenir le record d’importation illégale de drogue au Japon

Voilà à quoi ressemble 30 kilos de drogues ou, 21 millions de dollars. Photo : Twitter

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Importation d’une quantité industrielle de cocaïne : une Québécoise plaide coupable en Australie – RCI 

Trois Canadiens en croisière arrêtés en Australie pour trafic de cocaïne dans leurs bagages – RCI 

Mère canadienne entremetteuse entre sa fille de 9 ans et un Australien de 42 ans? – RCI 

Share
Catégories : Économie, International, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*