Le nombre total de contingents de police canadiens en Ukraine s’élèvera désormais à 45 jusqu’en 2021. (Photo : Getty Images)

Le Canada double sa présence policière en Ukraine : les motivations

Share

Le contingent des policières et policiers canadiens en Ukraine est porté à 45, soit plus du double de l’effectif précédent.

L’Ukraine : un pays toujours instable 

L’augmentation des effectifs s’inscrit en droite ligne avec les efforts entrepris pour contenir la crise que traverse ce pays depuis son accession à l’indépendance en 1991, et l’annexion par la Russie de la péninsule de la Crimée au début de 2014.

L’Ukraine est en proie à des agitations entretenues par une situation conflictuelle quasi permanente avec la Russie soutenue par les prorusses, notamment dans quelques régions du sud et de l’est, où Moscou a occupé une partie des territoires, incitant une frange importante de la population à se déplacer.

Les pro-occidentaux ont toujours espéré un retour à la stabilité, mais le doute demeure perceptible, tant que le président Poutine reste en poste en Russie.

Il y a eu une élection présidentielle en Ukraine au mois d’avril, ce qui a porté au pouvoir le comédien Volodymyr Zelensky, et poussé à la sortie l’ex-président Petro Porochenko. Ce dernier avait été rejeté pour sa mauvaise gestion et son incapacité à mettre un terme au conflit avec la Russie.

Durant la campagne électorale, son successeur avait affiché une détermination à conduire le pays vers une paix durable et à lutter contre la pauvreté qui frappe durement la population. Deux mois plus tard, les défis demeurent énormes pour l’Ukraine qui se relève difficilement des affres de la corruption érigée en système sous le précédent régime.

Par ailleurs, Kiev reste profondément divisé près de cinq ans après la révolution pro-occidentale du Maïden et la guerre contre la Russie qui a déjà fait plus de 10 000 morts.

Sur le même sujet :

En Ukraine, le comédien Volodymyr Zelensky a passé la journée à préparer son cabinet au lendemain de sa victoire fracassante à l'élection présidentielle. Les électeurs, quant à eux, s'interrogent sur la vraie nature de celui qu'ils ont propulsé au pouvoir. Le reportage de notre envoyée spéciale à Kiev, Tamara Alteresco.

Soutenir les réformes et instaurer le calme dans les collectivités

Dans un tel contexte d’instabilité pour l’Ukraine, la prolongation et l’expansion des déploiements de la police canadienne répondent à plusieurs objectifs.

De nombreuses réformes sont en cours dans cette ex-république soviétique. Le passage du contingent canadien de 20 à 45 permettra de soutenir les efforts de modernisation de la police nationale ukrainienne.

Plus concrètement, la police canadienne poursuivra son offre de formation et de conseils stratégiques pour renforcer les capacités opérationnelles des confrères ukrainiens dans divers domaines : police communautaire, enquête criminelle et prévention de la violence faite aux femmes, etc.

Par ailleurs, la police canadienne continuera à prêter main-forte à la Mission de conseil de l’Union européenne sur la réforme du secteur de la sécurité civile, annonce la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans le communiqué de presse.

« En continuant d’envoyer des policières et policiers très compétents pour aider à former et à accompagner des membres de la police ukrainienne, nous nous rapprochons de notre but ultime d’améliorer la sécurité dans leurs collectivités. Des services de police professionnels, bien formés et bien équipés sont garants de stabilité, procurent aux populations et aux collectivités un sentiment de sécurité accrue et renforcent la primauté du droit dans des pays fragilisés qui connaissent des conflits », a affirmé la commissaire de la GRC, Brenda Lucki.

Source : GRC
Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*