David Saint-Jacques Photo Credit: L'Agence spaciale canadienne

David Saint-Jacques accueilli à l’Agence spatiale canadienne : sa forme physique déjoue-t-elle les pronostics?

Share

Des applaudissements nourris ont été réservés à l’astronaute canadien qui est revenu sur Terre, il y a deux semaines, après six mois passés à la Station spatiale internationale (SSI).

Une forme physique à couper le souffle

Arrivé à l’Agence spatiale canadienne (ASC), dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à Longueuil, en compagnie de son épouse et du ministre de l’Innovation, David Saint-Jacques a été reçu comme un véritable héros. M. Saint-Jacques est apparu souriant, l’air en pleine forme.

Aux employés de l’ASC et à la foule, il a parlé de sa fierté d’avoir porté les couleurs du Canada dans l’espace.

« Je suis fier d’avoir représenté le Canada dans cette aventure. C’est la direction de notre avenir, l’avenir de nos enfants, l’avenir de notre pays. Je suis revenu sur Terre, dans ma famille. Et maintenant, la boucle est bouclée », a-t-il affirmé.

La forme extraordinaire de l’astronaute a été au centre de commentaires d’analystes à l’antenne de Radio-Canada.

Après une aventure de 204 jours dans l’espace, il faut à peu près six mois pour que le corps de l’astronaute commence à reprendre son cours normal, car les conséquences d’un voyage à long terme à la SSI peuvent être importants : problèmes au niveau du cœur, des yeux, des os, de la santé cardio-vasculaire, modification de l’ADN, etc.

Posted by Canadian Space Agency on Wednesday, July 10, 2019

David Saint-Jacques en compagnie du ministre de l’Innovation et d’une jeune élève présente à l’Agence mercredi. Crédit : (Ryan Remiorz/The Canadian Press) et Facebook

Un peu plus de deux semaines après son retour, la forme physique de l’astronaute donne à penser qu’il a mis moins de temps pour récupérer. De l’avis des experts, il faut en réalité près de trois ans pour compenser les pertes.

Selon des informations découlant du compte Facebook, où il a publié une image de son squelette, l’astronaute laisse percevoir qu’il a perdu un peu de sa masse osseuse et que la structure interne de son os a quelque peu changé.

La version Halloween effrayante de moi, qui permet de déterminer à quel point mes os se sont affaiblis après plus de six mois en microgravité.

Posted by David Saint-Jacques on Monday, July 8, 2019

Malgré la forme rassurante affichée mercredi, les médecins de l’Agence spatiale canadienne se veulent prudents. Ils soulignent la nécessité d’un suivi sur le long terme. Après avoir servi de « cobaye » dans le cadre de sa mission à des fins scientifiques, il faut donner toutes les chances au corps de l’astronaute de retrouver tous ses moyens, d’où l’importance de mener des tests et de poursuivre les exercices physiques, en plus de suivre un programme d’alimentation approprié.

« Je n’ai pas fini de digérer tout ça encore », a lancé David Saint-Jacques durant son adresse au public.

On sait qu’à l’atterrissage de la capsule russe Soyouz, qui l’a ramené sur Terre en compagnie de sa collègue américaine, le 24 juin, l’astronaute avait déclaré avoir des nausées et des étourdissements. Il avait aussi quelques problèmes d’équilibre et ne parvenait pas à se tenir sur ses deux pieds.

Le ministre de l’Innovation du Canada, Navdeep Singh Bains, a fait part de la reconnaissance de la nation à celui qui est désormais considéré comme un héros national pour avoir si brillamment rempli sa mission.

« Au nom de tous les Canadiens, je vous remercie sincèrement. Vous êtes un héros national, un exemple à suivre pour les jeunes. Votre travail bénéficie à toute l’humanité […] David a fait de la recherche sur la santé vasculaire et sur la moelle osseuse. Nous bénéficions des résultats de ses recherches, mais aussi de ses photos inspirantes de la Terre faites en direct de l’espace. Il a parlé 20 fois à des étudiants du Canada et d’ailleurs dans le monde […] L’expérience de David pourrait avoir un impact significatif sur les jeunes et les amener à poursuivre une carrière dans l’espace », a relevé le ministre de l’Innovation.

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*