Un jeunes aux prises avec les opioïdes. Crédit : Istock

Les opioïdes causent la mort d’environ 12 personnes chaque jour au Canada : la crise est loin d’être maîtrisée

Share

Cette donnée du gouvernement fédéral sonne l’alerte sur un phénomène qui crée l’émoi au pays depuis quelques années avec un nombre de surdoses aux opioïdes qui augmente au fil des ans, malgré la sensibilisation et les mesures provinciales et fédérales. Alors que la ministre fédérale de la Santé est sur le point de procéder à une annonce importante concernant cette crise, nous faisons le point sur la situation.

Des médicaments antidouleur devenus des engins de la mort

Au départ, les opioïdes sont conçus pour être prescrits en derniers recours contre la douleur intense qui n’a pu être calmée par les antalgiques habituels.

Le danger intervient lorsqu’il y a une surprescription, ou lorsque des personnes, à force de sentir un certain soulagement à utiliser du fentanyl, de la morphine, de l’oxycodone ou de l’hydromorphone, finissent par développer une dépendance.

Étant donné que les médecins ne peuvent dépasser des doses strictes dans le cadre d’un traitement bien ciblé, certaines personnes se tournent vers des circuits parallèles pour obtenir illégalement ces médicaments. C’est ce qui finit par entraîner une surconsommation qui, dans bien des cas, est fatale.

Santé Canada rapporte que cette surdose entraîne la mort de 12 personnes chaque jour au pays. Entre janvier 2016 et décembre 2018, ce sont plus de 11 500 personnes qui ont trouvé la mort au Canada en raison de la consommation excessive d’opioïdes.

Du financement supplémentaire

La ministre de la Santé du Canada, Ginette Petitpas Taylor, annoncera un financement accru pour gérer la crise. Elle aura lieu pendant une formation de l’Ambulance Saint-Jean en Colombie-Britannique et au Yukon. La Colombie-Britannique s’est démarquée au cours des dernières années comme l’une des provinces où la crise des opioïdes a sévi dangereusement, avec un nombre impressionnant de morts.

Pour la seule année 2018, 1525 personnes sont décédées dans cette province, où le taux de mortalité liée aux surdoses d’opioïdes et autres drogues illicites est monté à 30,6 par 100 000 habitants.

Décès apparemment liés à la consommation d’opioïdes au Canada en 2018. Crédit : gouvernement du Canada

Cette carte montre l’ampleur du problème à l’échelle du pays, où 4460 décès liés aux opioïdes et drogues illicites ont été enregistrés en 2018. L’Ouest apparaît comme le lieu le plus durement frappé.

Le Canada est le deuxième consommateur d’opioïdes dans le monde, tout juste après les États-Unis, où le nombre de morts de surdoses dépasse de loin le nombre de morts reliés aux accidents de la route.

L’agence fédérale de santé publique sensibilise la population à l’importance de se mettre à l’abri des méfaits des opioïdes, en optant pour de saines habitudes de vie. Ne pas consommer à l’excès les médicaments figurant dans cette catégorie constitue une protection.

Si la consommation est incontournable, il est important qu’elle soit encadrée par un professionnel de la santé, et que le patient soit suffisamment au fait des signes annonciateurs d’une surdose.

Par ailleurs, ce dernier devrait éviter de prendre les opioïdes en même temps que de l’alcool et bien d’autres drogues, se munir d’une trousse de naloxone, s’informer sur les aides disponibles et ne pas rester seul lorsqu’il envisage d’en consommer.

Avec des informations du gouvernement du Canada
En complément :

La crise des opioïdes, bien qu’on en parle moins, sévit toujours. En Colombie-Britannique, il y a eu autant de morts par surdose en 2018 qu’en 2017, soit une moyenne de quatre par jour. La crise touche Vancouver, mais aussi Montréal et Toronto. Dominique Arnoldi explique pourquoi il est si difficile de venir à bout de l’épidémie de surdoses.
Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*