Plus de 1 600 tonnes de déchets répartis en 70 conteneurs provenant des Etats-Unis et du Canada ont été interceptés par les autorités cambodgiennes. (Photo : Sea Seakleng/AP Photo)

Le Cambodge décide à son tour de renvoyer des déchets au Canada

Share

Le Cambodge vient s’ajouter à la liste des pays d’Asie qui refusent d’être la « poubelle » des puissances occidentales. Il a annoncé mercredi le renvoi de 1600 tonnes de déchets de plastique illégaux vers les États-Unis et le Canada.

C’est lors d’une opération de contrôle de conteneurs au port de Sihanoukville, dans le sud du pays, que les déchets ont été découverts par les autorités.

Le porte-parole du ministère de l’Environnement a réagi en disant que « le Cambodge n’est pas une poubelle ». Neth Pheaktra a ajouté que 1600 tonnes de déchets avaient été retrouves dans les 83 conteneurs interceptes. Soixante-dix d’entre eux étaient en provenance des États-Unis, et 13 du Canada.

La découverte des déchets mardi survient après une déclaration du premier ministre Hun Sen, lors d’une réunion du Cabinet la semaine dernière, selon laquelle le Cambodge n’est pas un dépotoir pour les déchets et n’autorise l’importation d’aucun type de déchets de plastique ou d’autres matières recyclables.

Un comité gouvernemental chargé d’examiner la question étudiera comment et pourquoi les conteneurs se sont retrouvés au pays, a annoncé M. Pheaktra. Il a ajouté que toutes les entreprises en cause des déchets seraient condamnées à une amende et traduites en justice.

Le Cambodge entamera également le processus de restitution des déchets à leur pays d’origine, a-t-il aussi indiqué.

Un problème régional

La question du traitement des déchets en Asie du Sud-Est s’est intensifié depuis que la Chine a soudainement arrêté de prendre les déchets du monde entier l’an dernier, citant des préoccupations environnementales.

De nombreux pays voisins se sont alors engouffrés dans ce marché, mais certains commencent à rebrousser chemin, notamment à cause du développement massif d’un réseau illégal parallèle. Ils se disent contrariés de servir de dépotoir à l’Occident et renvoient dans leur pays d’origine des milliers de tonnes de déchets.

Des militants écologistes philippins portent un conteneur factice rempli d’ordures pour symboliser les 50 conteneurs de déchets qui ont été expédiés du Canada il y a deux ans, lors d’une manifestation devant l’ambassade canadienne au sud de Manille, le 7 mai 2015. (Crédit : La Presse canadienne/AP, Aaron Favila)

C’est le cas des Philippines qui ont retourné, au mois de mai, 69 conteneurs mal étiquetés de détritus et d’ordures ménagères vers le Canada. Cela a provoqué un vif contentieux entre les deux pays. Les conteneurs arrivés fin juin à Burnaby, en Colombie-Britannique, seront incinérés dans une usine avec récupération d’énergie gérée par Metro Vancouver.

À la même période, la Malaisie avait elle aussi sommé le Canada et d’autres pays de récupérer leurs conteneurs de déchets illégalement expédiés entre 2013 et 2014. Au total, ce sont 3000 tonnes de produits non recyclables appartenant aux États-Unis, à l’Australie, au Royaume-Uni et au Canada qui ont été réexpédiés.

Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), environ 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. Une grande partie aboutit dans des décharges ou dans les océans.

RCI avec CBC, Radio-Canada et l’Agence France-Presse

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*