Il aurait eu 101 ans aujourd’hui. En cette Journée internationale Nelson Mandela, on vous incite à faire un peu de bénévolat. (Photo : Fondation Nelson Mandela/Matthew Wilman)

18 juillet, Journée internationale Nelson Mandela : et si nous la soulignons par quelques actes de bénévolat?

Share

« For to be free is not merely to cast off one’s chains, but to live in a way that respects and enhances the freedom of others. »

(Trad. : Le fait d’être libre ne consiste pas seulement à briser les chaînes qui nous retiennent, mais plutôt de vivre d’une façon telle qui respecte et augmente la liberté d’autrui.)

Nelson Mandela

Il aurait eu 101 ans aujourd’hui. En cette Journée internationale Nelson Mandela, on vous incite à faire un peu de bénévolat. 

Novembre 2009

Il y aura bientôt 10 ans que l’Assemblée générale des Nations unies a décrété qu’à compter de 2010 le 18 juillet serait dorénavant appelé « Journée internationale Nelson Mandela ».

Avec cette décision, les leaders du monde ont voulu mettre en lumière, du moins une fois par année, l’immense contribution de l’homme à la culture de la paix et de la liberté.

Rappelons que le Canada a présenté ses distinctions les plus hautes, les plus importantes à l’ancien président sud-africain, notamment la citoyenneté honorifique.

Bien que notre pays n’ait pas une histoire des plus reluisantes quand on étudie ses relations avec ses premiers peuples, c’est ici qu’au cours des années 70 sont nées des organisations dénonçant l’apartheid qui sévissait alors en Afrique du Sud.

Durant 18 ans, Nelson Mandela n’a connu qu’une cellule de béton si petite qu’allongé sur le sol sa tête et ses pieds touchaient les murs opposés.

À ces 18 années, il faut en ajouter 9 autres dans d’autres prisons sud-africaines.

Qu’il en soit sorti et qu’il soit devenu président du pays sans colère aucune ni désir de vengeance est une marque d’une immense et profonde humanité.

« Personne ne peut prétendre connaître vraiment une nation, à moins d’avoir vu l’intérieur de ses prisons. Une nation ne doit pas être jugée selon la manière dont elle traite ses citoyens les plus éminents, mais ses citoyens les plus faibles. »

Nelson Mandela

Nelson Mandela le 18 juillet 2012
(Photo: PC/Schalk Van Zuydam)

Ce qu’était l’apartheid

Mot d’origine afrikaans, une des langues officielles d’Afrique du Sud, dont l’origine est partiellement française, apartheid signifie isolement, séparation, mise à part.

Au-delà du simple mot, c’était une politique officielle nationale par laquelle le développement était séparé selon des critères de races ou d’ethnicité et spécifiant des zones précises où les « peuples mis à part » devaient vivre.

Le concept a été lancé en 1948 en raison des craintes des populations blanches, minoritaires, d’être englouties par la majorité noire.

L’apartheid a été aboli en Afrique du Sud en 1991.   

Des langues officielles

Croyez-le ou non, il y a 11 langues officielles en Afrique du Sud, toutes reconnues par la constitution de 1996.

Principales langues parlées à la maison en Afrique du Sud

Plus :

Des relations particulières entre le Canada et Mandela (Radio-Canada)

Les visites de Nelson Mandela au Canada (Radio-Canada)

Nelson Mandela : un point faible pour le Canada (Encyclopédie canadienne)

Nelson Mandela aurait eu 100 ans : le monde salue le sacrifice suprême de l’icône pour le bonheur universel (RCI)

L’hommage de Lorraine Klaasen à son compatriote Nelson Mandela (RCI)

« La clé qui manquait » pour comprendre Mandela (La Presse, Montréal)

Share
Catégories : Histoire, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*