Comet, l'une des baleines noires trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent en juin de cette année. (Photo : Radio-Canada/Brian Higgins)

Baleines noires : plus de 10 nœuds dans le golfe Saint-Laurent, des amendes imposées par Transport Canada

Le montant de 6000 $ est l’amende imposée à un cargo navigant dans les eaux du golfe Saint-Laurent qui aurait dépassé les limites de vitesse de navigation imposées pour protéger les baleines franches, aussi appelées baleines noires.

Baleine noire

Les baleines en voie de disparition comme l’emblématique baleine noire de l’Atlantique Nord devraient pouvoir nager sans risque dans les eaux canadiennes.

C’est pourquoi le gouvernement a instauré plusieurs mesures visant à s’attaquer aux risques auxquels ces animaux font face en raison du transport maritime et de la pêche.

Source : Transport Canada

Une baleine noire trouvée morte en juin dernier au large de la Péninsule acadienne. (Photo : Gracieuseté de FRAPP)

Six décès depuis juin

Depuis le mois de juin, les autorités ont recensé six décès de baleines franches dans les eaux canadiennes, dont quatre femelles en âge de se reproduire. Les nécropsies sur les carcasses ont fait état de trois décès causés directement par des impacts avec des navires.

Une population en danger

Il ne resterait que 400 individus de cette magnifique espèce de cétacés. De ce nombre, il n’y aurait qu’une centaine de femelles en âge de se reproduire, on peut donc aisément comprendre l’urgence de protéger l’espèce par tous les moyens possible, notamment en imposant la réduction des vitesses de navigation quand les baleines sont dans le golfe en cette période-ci de l’année.

« La mort récente de plusieurs baleines noires de l’Atlantique Nord dans le golfe du Saint-Laurent est très préoccupante. Notre gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures nécessaires pour promouvoir la coexistence sécuritaire des mammifères marins et des navires qui circulent dans le golfe du Saint-Laurent. Nous continuons de collaborer avec l’industrie maritime, les experts scientifiques et nos partenaires des États-Unis afin de surveiller la situation et d’aborder tout risque auquel la baleine noire de l’Atlantique Nord est exposée. »

Marc Garneau, ministre des Transports du Canada

Des mesures additionnelles

Les morts violentes de gros mammifères marins par collision avec des navires et les pressions de groupes environnementaux, notamment le Sierra Club ou encore le WWF Canada, ont forcé la main au gouvernement canadien pour qu’il mette en place des mesures de protection plus restrictives en réduction de vitesse, d’augmentation des zones maritimes d’application des mesures.

Du même souffle, on exige également une surveillance aérienne accrue et des programmes de formation auprès des équipages.

Depuis le 8 juillet, les vaisseaux qui naviguent dans les zones désignées doivent réduire leur vitesse à 10 nœuds pour toute la saison de présence des baleines dans le golfe.

Cette mesure s’applique maintenant à tout navire de 13 mètres et plus.

Les amendes vont de 6000 à 25 000 $ selon la sévérité de l’incident et s’il y a récidive.

La baleine franche de l’Atlantique Nord aussi appelée baleine de Biscaye, un nom issu des premiers baleiniers basques, est une espèce de baleine franche appartenant au genre des Eubalaena, les « vraies baleines ».

Plus :

Le gouvernement du Canada dévoile son plan 2019 pour protéger la baleine noire de l’Atlantique Nord (Transport Canada)

Baleines noires, le dossier de 2019 (Baleines en direct)

Nos dossiers sur la baleine noire (RCI)

Catégories : Environnement, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.