Le navire Cedarglen est en route pour être recyclé en Turquie. Crédit : Groupe CSL

Recyclage du navire Cedarglen en Turquie : un déchet canadien de plus dans une poubelle étrangère. Y restera-t-il?

Share

À coup sûr, oui, assure Louis Martel, le président directeur général du Groupe CSL, qui est propriétaire et qui opère des bateaux aussi bien au Canada qu’ailleurs dans le monde depuis plusieurs décennies.

Respect des conventions internationales

Louis Martel. PDG du Groupe CSL Crédit : Groupe CSL

Si après plus de 60 ans de services, le Cedarglen s’en va mourir en Turquie, c’est en raison de l’absence au Canada de chantiers de recyclage répondant aux normes internationales, a affirmé M. Martel dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem.

La convention de Hong-kong sur le recyclage des navires, signée en 2009, prévoit que ces déchets peuvent contenir des matières dangereuses, des métaux lourds et autres hydrocarbures ou substances appauvrissant la couche d’ozone. C’est ainsi qu’elle prescrit le respect scrupuleux des exigences environnementales et des exigences en ce qui a trait à la santé et à la sécurité humaines lors de leur recyclage dans des chantiers certifiés conformes.

Écoutez

Contexte marqué par la controverse autour des déchets canadiens à l’étranger

Vendu à un courtier maritime qui l’a remorqué, le navire Cedarglen a quitté le port de Montréal le 21 juillet en direction d’Aliaga, en Turquie, où il sera recyclé.

Ces derniers temps, le recyclage de déchets canadiens à l’étranger a été au centre d’un imbroglio diplomatico-politique avec certains des pays destinataires, notamment les Philippines et le Honduras. Ces derniers ont pris la décision de retourner au Canada les cargaisons d’ordures, en raison d’un quiproquo concernant les contenus à recycler.

Rien de tel ne risque de se produire en ce qui concerne la fin de vie du Cedarglan, car son envoi en Turquie est l’aboutissement d’un long processus entamé plusieurs mois à l’avance, a souligné Louis Martel.

Plusieurs instances au Canada et en Turquie ont été engagées dans ce processus, à l’instar des autorités portuaires, des responsables des milieux d’affaires du Port de Montréal, qui ont accompagné le Groupe CSL dans ses démarches visant à préparer le navire pour « un départ sécuritaire », peut-on lire dans le communiqué de presse. Par ailleurs, son recyclage ne se fera pas au mépris des lois nationales de la Turquie, a précisé le PDG du Groupe CSL.

À sa construction en 1959, le Cedarglen avait été baptisé Ems Ore, puis Cartierdoc après avoir été rallongé et modernisé en 1976. Le Groupe CSL l’a acquis en 2002 et l’a rebaptisé Cedarglan, tout en lui donnant de nouvelles orientations en ce qui a trait notamment à la nature des produits transportés. De transporteur de minerais en haute mer, il s’est tourné vers le transport de grains durs.

Le fait de procéder souvent au recyclage de ses matières dangereuses et polluantes à l’étranger vient une fois de plus souligner l’importance pour le Canada de se doter d’infrastructures répondant aux normes dans le but d’encourager le recyclage au pays et d’éviter les incidents comme ceux mentionnés plus hauts, qui ne manquent pas de ternir sa réputation.

Sur le même sujet :

Le Kathryn's Spirit, un navire désaffecté amarré à Beauharnois, ira se faire démanteler ailleurs devant le tollé provoqué par le projet de démolition et de recyclage des matériaux.
Share
Catégories : International, Société
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*