La mission du satellite SMILE permettra de saisir l'impact du soleil sur les phénomènes de météo spatiale et de mieux gérer les conséquences sur la Terre. Crédit Istock

Apport technologique de pointe du Canada à la mission du satellite SMILE pour étudier les phénomènes de météo spatiale

Share

L’apport du Canada est possible grâce aux travaux de chercheurs de l’Université de Calgary, qui sont accompagnés sur le plan financier par l’Agence spatiale canadienne (ASC) et d’autres partenaires nationaux, dont la Fondation canadienne pour l’innovation, le ministère du Développement économique, du Commerce et du Tourisme de l’Alberta.

Démystifier les phénomènes de météorologie spatiale et limiter leurs dommages

La mission satellitaire SMILE (pour Solar wind Magnetosphere Ionosphere Link Explorer) est un projet proposé par des chercheurs canadiens de l’Université de Calgary. Son lancement est prévu en 2023, et sa durée de vie sera de trois à cinq ans.

Le satellite aura pour objectif d’aller à la croisée des phénomènes de météorologie spatiale, dans le but de les disséquer pour en saisir les conséquences visibles à divers endroits de la planète, et mieux y faire face. Ces conséquences se traduisent en des aurores polaires, en pannes technologiques et autres dommages matériels, avec des implications économiques et sociales importantes : perturbations des satellites en orbite, des réseaux électriques, du transport aérien, etc.

Le projet des chercheurs canadiens a retenu l’attention de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de l’Académie chinoise des sciences (CAS). Leur collaboration rend compte de la dimension universelle de la mission SMILE, compte tenu de ses répercussions sur la lutte contre les impacts négatifs des phénomènes de météo spatiale dans le monde.

L’intérêt pour le Canada est significatif à plusieurs égards. Comme le pays dispose de la plus grande masse d’air continentale où se produisent les aurores, la mission SMILE lui ouvrira des possibilités pour renforcer ses infrastructures spatiales et terrestres contre les conséquences négatives de ces phénomènes.

« Cette mission fournira les données dont les chercheurs ont besoin pour mieux comprendre les phénomènes de météorologie spatiale et les dommages qu’ils causent. Elle permettra aussi aux gouvernements et à l’industrie de mieux protéger les satellites et les infrastructures au sol, comme les réseaux électriques essentiels aux services offerts quotidiennement aux Canadiens », a relevé le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, dans le communiqué de presse.

Les conséquences des phénomènes de météo spatiale peuvent se traduire en perturbations importantes dans différents secteurs d’activités sur Terre, dont les télécommunications. Crédit : iStock.

Une partie de la Stratégie spatiale du Canada

Compte tenu de l’importance de la mission SMILE sur les plans scientifique, social et économique pour le Canada, elle fait partie intégrante de sa Stratégie spatiale. L’ASC et ses partenaires y ont injecté 12,5 millions de dollars. La première partie de ce financement, d’une valeur de 11 millions, servira à la conception de l’Imageur dans l’ultraviolet (UVI) par la compagnie Honeywell Aerospace. La somme restante est destinée à l’Université de Calgary pour la conception du Centre scientifique de l’exploitation et des données de l’UVI.

L’UVI est l’un des quatre instruments qui seront embarqués sur le satellite SMILE. Son rôle sera essentiellement celui d’observer les aurores dans l’hémisphère nord, à tout moment, durant une quarantaine d’heures. Les autres instruments sont fabriqués et fournis par la Grande-Bretagne et la Chine. Cet apport chinois marque le premier partenariat du Canada avec l’Académie chinoise des sciences dans un projet scientifique spatial.

La contribution canadienne à SMILE peut aussi être vue comme un instrument de positionnement stratégique, qui permet au Canada de réaffirmer son rang dans le concert des nations comme un pays qui innove, et qui a un rôle prépondérant dans les missions spatiales qui auront impact durable sur la vie de l’humanité.

« Le partenariat international SMILE constitue un véritable bond de géant en ce qui concerne notre capacité d’observer les phénomènes de météo spatiale et de prévoir leurs effets […] Grâce à cette mission, il sera possible de […] prédire les orages géomagnétiques et de protéger les systèmes mondiaux de navigation par satellite et les satellites de télécommunication. L’Université de Calgary a fourni les instruments scientifiques à plus de 20 missions spatiales. Nous sommes fiers de donner une impulsion à notre Stratégie de recherche sur les nouvelles technologies de l’environnement spatial de la Terre grâce à notre rôle dans la mission SMILE », a affirmé le président et vice-chancelier de l’Université de Calgary, Ed MacCauley, dans le communiqué de presse.

Le Canada, qui n’en est pas à sa première contribution à la recherche sur la météo spatiale, a eu à lancer, en 2013, la mission ePOP sur CASSIOPE. La réussite du lancement de cette sonde est un véritable motif de fierté pour le pays, et la poursuite de son exploitation, dans le cadre de la constellation satellitaire SWARM ECHO, par l’Agence spatiale européenne, ne peut que renforcer cette fierté.

 Avec des informations de l’Agence spatiale canadienne
Sur le même sujet :

Les bulletins de météo de l'avenir parleront peut-être du temps qu'il fait dans la haute atmosphère. On y retrouve la station spatiale et un nombre grandissant de satellites qui jouent des rôles importants sur Terre. Le climat y est très imprévisible, voire dangereux. La NASA vient donc d'y mettre en orbite un satellite qu'on pourrait appeler le « météorologue en chef ». Le reportage de Normand Grondin
Share
Catégories : Environnement, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*