Diversité de couleurs mise en exergue à travers ces bras levés. Crédit : Istock.

Les préjugés créent une charge émotionnelle qui incite les personnes de couleur à vouloir quitter leur emploi au Canada

C’est ce que révèle une étude de Catalyst, un organisme qui mène des recherches et travaille à une plus grande prise en compte des intérêts des femmes en emploi, depuis plus de cinq décennies au Canada.

En cause, la discrimination et les préjugés

La directrice générale de Catalyst, Tanya Van Biesen Crédit : Catalyst

Les personnes de couleur concernées par cette étude sont notamment les Noirs et les Asiatiques de l’Est et du Sud.

Il s’agit de personnes qui sont très souvent « sur leur garde », à cause des discriminations et de préjugés subis dans la société en général ou au travail, ce qui ne manquent pas d’influencer leurs émotions et leur santé, observe la directrice générale de Catalyst, Tanya Van Biesen, dans un entretien avec Alice Chantal Tchandem.

Mme Van Biesen relève que ces personnes connaissent des niveaux élevés d’émotion qu’elle qualifie de « charge émotionnelle de haut niveau ». C’est ce qui les pousse à « envisager de quitter leur emploi ».

« Lors d’entrevues en profondeur, 77 % des femmes et des hommes de couleur ont relaté des histoires pénibles d’exclusion et de vigilance. Dans bien des cas, ces histoires n’ont été révélées que tard dans l’entrevue, ce qui indique bien l’importance de creuser afin d’être en mesure de mieux saisir l’expérience des personnes de couleur », indique-t-on dans le communiqué de presse.

Écoutez

Principaux constats de l’étude menée en 2019 auprès de plus de 700 Canadiennes et Canadiens de couleur, en partenariat avec Ascend Canada :

De 33 % à 50 % des professionnels noirs, asiatiques de l’Est et du Sud sont très vigilants pour se protéger contre les préjugés,

De 50 % à 69 % des professionnels noirs, asiatiques de l’Est et du Sud qui sont très vigilants face aux préjugés ont la ferme intention de quitter leur emploi,

De 22 % à 42 % signalent des taux élevés de troubles du sommeil.

Un groupe de travailleurs, dont des minorités visibles, se concertent autour d’une table. Crédit : iStock

Des mesures visant une meilleure intégration

Les grandes conclusions de l’étude intitulée Combattre les effets de la charge émotionnelle chez les personnes de couleur au Canada grâce à l’autonomisation au sein des milieux de travail  portent sur trois aspects essentiels résumés par Tanya Van Biesen :

  • la mise en place d’un milieu de travail plus inclusif et plus équitable;
  • l’amélioration de la représentation de ces minorités dans l’ensemble des entreprises et dans les postes de décision;
  • une plus grande ouverture de la majorité blanche à coopérer avec ces minorités.

Il ressort de l’étude que malgré ces charges émotionnelles, les personnes de couleur affichent toujours une détermination à réussir leur vie professionnelle et à contribuer à la croissance économique nationale.

« Les personnes de couleur constituent un moteur de l’économie canadienne et, malgré cela, elles continuent d’avoir à composer avec des obstacles parmi les plus profondément ancrés, notamment leur quasi-absence au sein des postes de haute direction, l’iniquité salariale et la discrimination […] En cette période de pénurie de talents et de compétences, les entreprises doivent prendre des mesures intentionnelles pour créer des milieux de travail axés sur l’autonomisation qui valorisent les personnes pour leur caractère unique et qui les motivent à ne pas quitter le travail », a souligné Mme Biesen dans le communiqué de presse.

La directrice générale a dit espérer que l’étude mène à l’ouverture d’un débat au pays pour susciter les changements qui s’imposent dans la société et au travail, pour redonner confiance aux minorités visibles concernées.

Avec des informations de Catalyst
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*