L:a légalisation du cannabis au Canada s'accompagne de mesures d'assouplissement pour les personnes condamnées pour simple possession. Photo : La Presse canadienne/Sean Kilpatrick

Possibilité de pardon instantané pour les personnes condamnées pour possession simple de cannabis au Canada

Share

L’entrée en vigueur de la loi C-93 fait tomber un certain nombre de contraintes pour les personnes qui ont été condamnées au pays pour possession simple de cannabis.

Le ministre fédéral de la Justice et procureur général du Canada, David Lametti, lors d’un point de presse à Halifax le 26 juillet 2019.
PHOTO : RADIO-CANADA

Le ministre fédéral de la Justice David Lametti a présenté cet assouplissement qui permettra à plus de 250 000 Canadiens de bénéficier d’un pardon instantané.

Il s’accompagne d’un certain nombre de mesures visant à alléger le fardeau des contrevenants, dont la suppression des frais de 50 à 631 $ qu’il fallait verser pour déposer une demande de pardon.

Le délai d’attente d’une réponse, qui pouvait parfois aller jusqu’à 10 ans, sera réduit à zéro, étant donné que la réponse pourra être instantanée dans bien des cas.

Par ailleurs, l’amende de 1000 $ pour possession et la peine d’emprisonnement de six mois vont être bannies.

La loi C-93 prévoit « une procédure accélérée et sans frais de suspension de casier judiciaire pour la possession simple de cannabis ».

Plus de six mois après l’entrée en vigueur de la loi décriminalisant l’usage du cannabis à des fins récréatives au pays, la possession de cette drogue acquise auprès d’un distributeur agréé n’est plus considérée comme une faute passible d’une condamnation.

« Fournir un accès immédiat gratuit aux pardons aux personnes précédemment reconnues coupables de possession simple de cannabis leur facilitera l’accès aux possibilités d’emploi, à l’éducation, au logement et au bénévolat. Bref, ces personnes devraient maintenant être en mesure de vivre leur vie. Cela est particulièrement important pour les communautés marginalisées au Canada étant donné que l’application de la loi concernant le cannabis a eu un impact disproportionné sur elles par le passé », a affirmé le ministre de la Justice et procureur général du Canada dans le communiqué de presse.

Lorsqu’une personne obtient un pardon dans le cadre d’une condamnation antérieure à l’entrée en vigueur de cette loi, cela fait l’objet d’un document signé qui lui est remis à titre de preuve.

La loi C-93 a fait l’objet d’un débat houleux au parlement, notamment sur la possibilité de rendre le pardon automatique plutôt que d’exiger que les personnes condamnées formulent des demandes.

Malgré son adoption, il ne faut pas perdre de vue le fait que certains pays, à l’instar des États-Unis, ne permettent pas l’entrée sur leur territoire aux personnes qui possèdent de la marijuana ou qui ont été condamnées pour possession. Il reste difficile de déterminer pour l’instant si le document de pardon des autorités canadiennes va être accepté à la frontière.

Avec des informations de sécurité publique et Protection civile du Canada et Radio-Canada
Sur le même sujet :

Après 95 ans de prohibition, le Canada devient le premier pays du G7, et le deuxième du monde, à légaliser le cannabis récréatif. Il fait le pari que ce sera plus efficace pour protéger les jeunes et pour attaquer le crime organisé. Alexandra Duval au Québec, Sébastien St-François en Ontario et Valérie Gamache en Colombie-Britannique font le point sur cette première journée de légalisation.
Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*